8 Décembre 2022

    Thérèse raconte : Poussins, poulets, poules

    Tous les printemps, mes parents achetaient des petits poussins pour faire l’élevage des poules. Celles-ci nous fournissaient les œufs et la viande. Une année, les poussins sont arrivés trop tôt, il faisait bien trop froid pour les mettre dans le poulailler. Ils n’auraient jamais survécu. Ils ont grandement besoin de chaleur à ce stage de leur vie. Alors, mes parents ont décidé de les garder dans la maison.

    Ma mère a étendu des papiers journaux sur le plancher dans la cuisine, près du poêle à bois. Puis elle a placé des boites de carton pour faire une sorte d’enclos. Les poussins étaient tellement petits et mignons… Il était bien défendu de les toucher. Nous, les enfants, étions très heureux d’avoir ces beaux petits poussins dans la maison.

    Le soir venu, voici que c’était moins drôle. Le piaillement des poussins nous empêchait de dormir. Ce que ça peut faire du bruit, une trentaine de petits poussins dépaysés !!

    Une vraie cacophonie !!

    Au bout de quelques jours, la température a réchauffé et les poussins étaient un peu plus forts. Ils ont pu être déménagés dans leur demeure permanente. Plus tard, à l’été, les poussins sont passés au stage de poulets. À ce moment, on laissait la porte du poulailler ouverte et les poules pouvaient se promener à leur guise partout dans la cour. Quand les poules sont libres comme cela, elles laissent de petits tas ici et là. Il faut faire attention où on met les pieds.

    Je ne me souviens pas trop à quel âge les poules commençaient à pondre. Elles nous fournissaient tous les œufs nécessaires à la famille.

    Quand nous en avions un surplus, nous les vendions 20 ¢ la douzaine à nos voisins ou au village. Je dois te dire que les voisins n’habitaient pas tout près comme ceux de St-Constant ou North Bay. Le premier voisin pouvait être à plus d’un kilomètre de chez nous.

    Souvent, le samedi soir, mon père tuait une poule pour notre repas du dimanche. J’aimais mieux ne pas regarder, ça me faisait mal au cœur. Il mettait la tête de la poule sur une buche de bois et lui coupait le cou avec une hache. Pas très beau spectacle !! Puis, il fallait lui enlever ses plumes et la vider. Ça non plus, ce n’était pas très appétissant.

    Les poules se couchent très tôt. On dirait qu’elles savent l’heure. Je suppose qu’elles se guident sur le soleil. Connais-tu l’expression « se coucher à l’heure des poules » ? Ça veut dire aller au lit tôt. Elles doivent se jucher pour dormir. Dans le poulailler, il y a un juchoir. Ce sont des petites planches installées à deux ou trois pieds du plancher. Les poules grimpent et s’y installent pour dormir.

    La vie sur une ferme était bien différente de celle que tu connais aujourd’hui.

    Autres Articles