Les CUPR pourraient venir en aide aux propriétaires de forêts

Les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) pourraient fournir une aide financière aux propriétaires de petites forêts victimes de la tempête Derecho. Boisé Est, qui regroupe les propriétaires de forêts, a relancé les CUPR pour une aide concrète. Certains conseillers sont enclins à les appuyer, mais à certaines conditions.

______________________

Charles Fontaine – IJL – Réseau.Presse Le Droit

Les propriétaires de terrains boisés de l’Est ontarien n’ont toujours pas reçu d’aide financière d’aucun palier gouvernemental six mois après la tempête Derecho. Le vice-président de Boisé Est, Jean Saint-Pierre, a présenté mercredi à la réunion du conseil des CUPR, les impacts de cette catastrophe sur les forêts et leurs propriétaires.

Grâce à des images satellitaires, il estime que la superficie de forêts détruites dans la région est de 13,48 km2. Les pertes financières pour deux érablières sont chiffrées à 150 000 $ et 975 000 $ pour les dix prochaines années. Les gros arbres, qui sont les plus grands donneurs de sève, ont été déracinés par les grands vents. Il ajoute qu’il est impossible de travailler de manière sécuritaire dans ces boisés où les arbres sont brisés. Le travail professionnel est requis dans ces situations. Les risques de feux de forêt sont aussi plus élevés quand une plantation complètement détruite n’a pas été traitée.

  1. Saint-Pierre martèle que les impacts environnementaux de ces ravages sont non négligeables et qu’ils affectent tout le monde. Si les forêts restent dans ces états miteux, la régénération naturelle sera plus lente et cela engendrerait une perte importante de séquestration de dioxyde de carbone, qui contribue à contrer les changements climatiques.

Qu’un petit groupe de personnes

Aux yeux du bénévole acharné, les impacts de ces destructions de forêts ne se limitent pas aux propriétaires de terrains boisés. Étant donné que les arbres contribuent à avoir un environnement plus sain, toute la population bénéficierait de forêts en santé.

Après avoir sollicité à de nombreuses reprises les gouvernements provincial et fédéral pour un appui quelconque, sans succès, il se tourne vers les comtés unis. Boisé Est, qui regroupe plus de 200 propriétaires de forêts privés, demande entre 50 000 $ et 75 000 $ de la poche des CUPR pour la réparation de ces forêts.

Même si les membres du conseil se disent sympathisants envers ces personnes, ils sont plutôt prudents de les aider financièrement. Le fait que l’argent des contribuables serait utilisé pour les propriétaires de terrains boisés les freine à offrir un appui.

« De prendre de l’argent des fonds publics au bénéfice d’un certain groupe de gens, c’est difficile pour nous, avance le président des CUPR, Normand Riopel. La province est mieux équipée, mais ils sont plus lents à prendre des décisions. […] Personnellement, j’ai eu 300 000 $ de dommages et je n’ai pas demandé cinq cents à personnes. »

Photo : Normand Riopel, président des Comtés unis de Prescott-Russell. (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Le maire de Russell, Pierre Leroux, propose que ces terrains deviennent publics, donc les propriétaires n’auront pas à payer pour leur rétablissement. « On est limité dans les fonds. Ce n’est pas parce que les autres gouvernements ne font rien que ça doit retomber sur nos épaules. Les gens de Prescott-Russell n’ont pas accès à ces terrains-là étant donné que ce sont des terrains privés. Si le but est de préserver l’environnement, il y a toujours l’option de donner ces terrains aux comtés unis, alors ils deviendront publics et ça sera de leur responsabilité. […] Ils utilisent l’environnement comme excuse pour avoir de l’argent de notre part. Nous avons déjà des milliers de kilomètres de forêt. »

Pierre Leroux, maire de Russell. (Patrick Woodbury, Le Droit)

Demande sujette à discussion

Suite à cette rencontre, Boisé Est devra fournir une lettre détaillée de ce qu’il demande aux CUPR. Le conseil débattra ensuite sur cette proposition et la décision sera rendue à la réunion du 11 janvier.

Le conseiller qui semblait le plus ouvert à la discussion mercredi est le maire de Clarence-Rockland, Mario Zanth. Il est ouvert à aidé Boisé Est pour que leurs membres aient les outils nécessaires, un programme, pour les aider à obtenir une aide financière.

Mario Zanth, maire de Clarence-Rockland. (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

« Lors des inondations, on n’a pas versé une cent pour aider les personnes qui ont été inondées, mais nous avons payé pour les sacs de sable qui étaient un outil pour les aider, compare-t-il. […] Après avoir reçu la lettre de Boisé Est, la première démarche sera de la transmettre à la province pour voir si elle peut aider. Ensuite, si cela ne fonctionne pas, je suis prêt à les aider. Nous allons avoir de plus en plus de vents violents et de catastrophes naturelles et nous avons la responsabilité de penser plus sérieusement à la manière dont on pourrait aider ceux qui sont dans le besoin. »

Une des propositions a été que les CUPR égalent le montant que les membres de Boisé Est sont prêts à débourser.

Photo principale : Les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) pourraient fournir une aide financière aux propriétaires de petites forêts victimes de la tempête Derecho. (Charles Fontaine, Le Droit)