8 Décembre 2022

    Infonuagique : l’impact environnemental du monde virtuel

    Il est fréquent de qualifier Internet de « monde virtuel ». Malgré son aspect immatériel, le Web repose sur l’exploitation de nombreuses ressources tangibles, particulièrement lorsqu’il est question d’infonuagique, une technologie dont les effets sur l’environnement suscitent bien des préoccupations.

    Qu’est-ce que l’infonuagique ?

    De plus en plus d’entreprises proposent d’entreposer vos fichiers personnels (photos, vidéos, et autres) sur leurs serveurs via Internet, plutôt que sur vos propres appareils. Métaphoriquement, on nomme cet espace de stockage le nuage (cloud), puisque les données que vous y déposez semblent suspendues quelque part dans les airs, toujours prêtes à être utilisées. L’ensemble des services offerts grâce à cette technologie est appelé l’infonuagique.

    Quels sont ses impacts sur la planète ?

    La popularité grandissante du nuage entraîne la multiplication d’immenses centres de traitement de données, où l’espace de stockage ne se compte généralement pas en gigaoctets, mais bien en exaoctets (soit des milliards de milliards d’octets). Or, de tels systèmes consomment des quantités considérables d’énergie et produisent beaucoup de chaleur, ce qui nécessite des procédés de refroidissements peu écologiques.

    De plus, ces installations doivent impérativement être à l’épreuve de toute panne, si bien que d’imposants systèmes de batteries de secours et de génératrices doivent être mis en place. Le stockage d’information dans le monde virtuel n’est donc pas sans conséquence : il exige énormément de ressources et multiplie les déchets industriels.

    En contrepartie, l’infonuagique offre certains avantages. Par exemple, les logiciels sont de plus en plus distribués à partir du nuage plutôt que sur un support matériel, ce qui évite la production de millions de disques compacts. De plus, cette technologie facilite le télétravail et réduit ainsi la consommation d’essence. En somme, il faudra sans doute de nombreuses études afin de bien mesurer l’empreinte écologique réelle du cloud !

    Autres Articles