15 août 2022

    Viva il gelato : la passion d’un petit café à Plantagenet

    Charles Fontaine – IJL – Réseau.Presse –Le Droit 

    Le Café Sur la rive a été conçu pour offrir un moment de détente et d’arrêt sur le bord de l’eau, nous dit la propriétaire. La psychothérapeute de formation a ouvert sa boutique en juin 2019, où elle sert du café, du thé, des repas pour emporter, des pâtisseries et plusieurs produits locaux, et, depuis l’été dernier, du gelato.

    « Quand on a ouvert le café, on voulait que ça soit familial et chaleureux. On voulait créer une ambiance où les gens se sentent comme chez leurs amis ou la famille. On souhaite qu’ils prennent le temps de s’arrêter un moment. On voulait créer une halte familiale, et le gelato, c’est familial », raconte la commerçante originaire de Treadwell.

    Elle a débuté en faisant affaire avec un fournisseur afin de tester l’intérêt des gens envers ce plaisir sucré. Les attentes ont rapidement été dépassées. Avec un certificat de maître gelato en poche (suivi en ligne en raison de la pandémie), Mme Bourcier-Gauthier s’est lancé dans la production.

    C’est son voyage en Italie en 2018 qui l’a inspiré. « Je dis tout le temps que je suis Franco-Ontarienne, mais avec un cœur italien », affirme-t-elle.

    Avec ce certificat et une formation de barista, elle peut dire qu’elle a toutes les compétences pour démontrer son savoir-faire.

    Familial et local

    Sa marque Nonna’s gelato représente l’arbre généalogique de sa famille. Nathalie Bourcier-Gauthier est grand-mère, ce qui la définit dans Nonna — grand-maman en italien. Les autres saveurs sont dénommées avec le prénom d’un membre de sa famille. Seules exceptions; menthe et chocolat en l’honneur du drapeau franco-ontarien et camerise pour son producteur Robert Poirier, des Fruits du Poirier.

    La « maître gelato » se fait un devoir de représenter les fermes locales dans ses desserts. En plus des camerises, les bleuets et les framboises des Vergers Villeneuve à Saint-Pascal-Baylon, puis bientôt des fraises de la Ferme Proulx seront mis en vedette dans les sorbets.

    « Je suis la guide touristique de Prescott-Russell, je dis aux gens d’où proviennent les fruits. Je peux faire une différence et aider les petites entreprises à se faire connaître davantage », soutient celle qui est membre du conseil d’administration du Réseau agroalimentaire de l’Est ontarien.

    Dans sa ligne de mire, on retrouve des parfums de raisin, kiwi, érable et tarte aux pommes végétalien. Parmi la variété qui change chaque semaine, elle voudrait y inclure une palette sans sucre et davantage de gelato végan.

    Confection maison

    Pour un gelato, le lait et le sucre de canne sont les ingrédients de base auxquels on ajoute la saveur désirée, comme le chocolat. Une seule cuillère créée une bombe de cacao en bouche, on a quasiment l’impression de croquer dans une tablette de chocolat noir.

    Le sorbet est composé d’eau, de sucre de canne, de sucre de raisin et beaucoup de fruits! Mme Bercier-Gauthier affirme se procurer plusieurs produits de l’Italie, comme son sucre de raisin et sa purée de mangue.

    Après avoir mis en purée tous les ingrédients dans un mélangeur, ils sont transférés dans la machine à gelato qui fait le reste du travail. Cette dernière prend soin de pasteuriser le lait, même si celui-ci l’est déjà. Les desserts mis en pot sont conservés dans un congélateur qui amène les aliments à une température de -40°C en dix minutes. En quatre heures, on peut en ressortir avec 60 litres de gelato.

    Des petits pots de sorbet et de gelato sont présentement en vente aux Fruits du Poirier et chez Les Matantes à Hawkesbury. Nathalie Bourcier-Gauthier espère augmenter ses points de vente et du même coup, la popularité de sa marque.

    Photos : Patrick Woodbury, Le Droit

    Autres Articles