4 Décembre 2022

    Valérie brise les tabous de la maternité

    La fatigue, les nouvelles responsabilités et les petits deuils de la vie d’avant font en sorte que les nouvelles mères passent à travers une gamme d’émotions extrêmes. Il est parfois difficile pour les mamans de s’avouer les émotions négatives qu’elles ressentent puisqu’elles ont l’impression d’être une mauvaise mère. Valérie Dufresne a choisi de briser les tabous, d’être authentique et de parler ouvertement de ses défis en tant que maman avec les gens de son entourage malgré le fait que cela la rendait vulnérable aux jugements. Selon elle, « on se fait vendre l’idée que la maternité c’est beau, pis c’est le fun, mais il y a un autre aspect de la maternité dont on ne parle pas et on se fait taire si on en parle ». 

    Lorsqu’elle est devenue maman pour la première fois, Valérie a eu l’impression de s’être perdue comme femme. L’identité qu’elle s’était construite pendant les 37 ans de sa vie se déconstruisait d’un coup. Elle ne se reconnaissait plus et a dû apprendre à se redéfinir comme femme et comme maman. Valérie trouve cela dommage qu’on parle très peu de cette épreuve que doivent traverser les mères après l’arrivée un enfant. « On oublie de nous dire comment se retrouver en tant que femme une fois que notre bébé voit le jour. C’est un nouveau monde pour Bébé, mais c’est également un nouveau monde pour Maman. Cet aspect de la maternité, on n’en parle pas. » 

    Ensuite, bien qu’elle adorait sa petite Coralie, Valérie s’est rendu compte que certaines facettes de la maternité lui plaisaient beaucoup moins que ce qu’elle s’était imaginé. Lorsqu’elle a mentionné haut et fort qu’elle n’appréciait pas particulièrement les bébés naissants, elle s’est tout de suite sentie jugée : « pauvre bébé », lui reprochait-on. Dans son cas, les critiques étaient accentuées par le fait qu’elle a eu des problèmes de fertilité et a dû patienter longtemps pour vivre la maternité. « Ce n’est pas parce que tu attends après quelque chose que t’as pas le droit de pas aimer certains aspects », souligne Valérie. 

    Aujourd’hui, Valérie a un bébé de presque 3 mois, Eddy, et Coralie est âgée de 3 ans. Bien qu’elle se sentait solide dans son identité de mère, avoir un deuxième enfant a demandé une autre adaptation. Pour traverser une période difficile, elle a décidé de parler ouvertement de ses sentiments, même si cela n’est pas tout à fait socialement accepté. Il est important pour Valérie de briser le silence, affirmant que lorsqu’elle parle de ses émotions, elle se rend compte que d’autres mères vivent la même chose et que tout est normal. 

    Valérie conseille aux nouvelles mamans d’être douces envers elles-mêmes, de se donner des chances et de s’entourer de personnes qui vont les appuyer sans porter de jugements. Elle suggère aussi aux gens qui côtoient de nouvelles mamans de les écouter, de valider leurs émotions et de leur rappeler qu’elles font un bon travail. Valérie souligne que les nouvelles mamans connaissent leurs points faibles, mais qu’elles ont besoin de se faire dire quels sont leurs bons coups. 

    Autres Articles