27 mai 2022

    Un trésor intestinal vieux de 1500 ans

    Pour des archéologues, déterminer à quoi servait un objet vieux de plusieurs siècles n’est pas toujours évident. Ainsi en a-t-il été de cette équipe qui, au fond d’un récipient de l’époque romaine, a observé une matière calcifiée par le temps. Qui a révélé contenir des oeufs d’un parasite intestinal.

    Conclusion: ce joli récipient en terre cuite de 30 centimètres de haut, dont les archéologues se demandaient depuis sa découverte, en 2019, s’il était un vase décoratif ou un récipient destiné à contenir du vin ou de la nourriture, était en fait un pot de chambre. Daté du Ve siècle de notre ère, il a été découvert en plusieurs morceaux dans les ruines d’une villa de Sicile. Les auteurs présument qu’il aurait été assez large pour que son propriétaire s’asseoit dessus, mais il est plus probable, avec ce qu’on connaît des toilettes romaines, qu’il était conçu pour être placé en-dessous d’une planche ou d’une chaise dotées du trou approprié.

    Si la découverte semble moins spectaculaire qu’un vase joliment orné, il faut  savoir qu’on a découvert des pots de chambre plus anciens encore, notamment en Grèce, en Égypte et à Jérusalem —cette dernière étant détentrice du record, avec 2700 ans. Le fait que ce soit retrouvé dans une résidence plutôt que dans les toilettes publiques est par ailleurs révélateur du niveau de richesse de l’habitant des lieux. L’objet, d’une couleur tirant sur l’orange, a été décrit le 11 février dans le Journal of Archaeological Science par une équipe de l’Université de Cambridge et de l’Université de Colombie-Britannique.

    L’identification des oeufs est quant à elle révélatrice des progrès de l’archéologie depuis quelques décennies. À l’époque, les experts auraient longuement débattu de l’identification de ces « concrétions » —cette matière calcifiée— puisque celle-ci aurait tout aussi bien pu être un reste de nourriture oublié il y a 1500 ans. Mais le microscope électronique a pu révéler la présence d’oeufs d’un ver, le Trichuris trichiura, qui cohabite dans les intestins des humains après contamination à partir de nourriture. La maladie qui y est associée, la trichocéphalose, est aujourd’hui encore sur la liste des maladies tropicales recensées par l’Organisation mondiale de la santé.

    Les chercheurs en profitent pour noter que beaucoup de pots de chambre de l’époque romaine gardés dans des musées sont connus pour abriter ces « concrétions » qui n’ont jamais été finement analysées…

    Photo: le pot au moment de son excavation, en 2019. Source: R.J.A. Wilson / UBC

    Autres Articles