26 septembre 2022

    Projet « co-gen » au Centre récréatif Claude-Larose

    La Ville de Hearst explore la possibilité de construire un système de cogénération au Centre récréatif Claude-Larose afin de faire meilleur usage de la consommation d’énergie des bâtisses municipales, soit l’aréna, l’hôtel de ville et la garderie, qui fonctionnent actuellement au gaz naturel. Ce type de projet a pris du pic du côté public dans les derniers temps, surtout pour réduire l’empreinte carbone. 

    Le projet discuté pourrait inclure plusieurs autres installations vertes, dont un microréseau pour distribuer de l’électricité lors des pannes de courant causées par Hydro One ainsi que des panneaux solaires. 

    Un co-gen, c’est quoi au juste ? On parle d’une génératrice qui fonctionnerait en parallèle à la grille électrique de la région. Elle permettrait de produire de l’électricité en récupérant des pertes d’énergie, explique Jessy Richard, directeur général de la Corporation Hearst Power Sales and Services (HPSS). « Quand tu consommes une unité de gaz naturel, 40 % se tourne en énergie physique [qui] peut faire tourner une roue et puis 60 % se transforme en chaleur. Donc, quand on utilise juste la partie de la chaleur pour chauffer une bâtisse, on perd 40 % de l’unité du gaz naturel. » 

    Avec ce modèle, la chaleur est alors utilisée pour chauffer à 500 degrés un système d’eau qui sert ensuite à redistribuer la chaleur. Le reste de la con- sommation permet de faire fonctionner la génératrice. 

    Advenant la réalisation d’un tel projet, la Ville réduirait ses émissions de carbone et constaterait une baisse des couts d’électricité pour les trois bâtisses municipales. « On parle potentiellement de 300 000 $ par année », mentionne M. Richard. 

    Il y a aussi d’autres options. Une génératrice de ce genre accepte des combustibles comme la biomasse et le méthane pour générer de l’énergie. Lorsque l’étude du projet sera achevée, la Ville sera en meilleure position de voir s’il est possible d’aller chercher des combustibles locaux. Mais, pour l’instant, le plan est de le faire fonctionner au gaz naturel. 

    Une étude de faisabilité sera effectuée prochainement par des consultants de la firme Econolobrium Engineering and Management Inc. au montant de 25 000 $, incluant jusqu’à 4 500 $ en frais de transport et de logement. L’infrastructure appartiendra à la Corporation de la Ville de Hearst et le projet sera sous-traité par HPSS. Le projet est estimé à plus de deux- millions de dollars. 

    Autres Articles