6 octobre 2022

    Portrait de Veikko Koivisto

    Veikko Koivisto a vu le jour en 1954 à Hearst. Son père, Otto Matias Koivisto, est né en 1898 à Kaustinen, Finlande. Il avait immigré au Canada en 1927 et a passé ses jeunes années à voyager entre Hearst et Sylvan Lake, Alberta, sur des trains du Canadien National (CN), devant occasionnellement fuir la police du CN.

    La vie était dure en Finlande à l’époque et la famille était pauvre. Otto voulait une vie meilleure au Canada. On se rappellera que la Russie avait envahi la Finlande lors de la Première Guerre mondiale en 1914, alors qu’Otto avait 16 ans. Il n’est jamais retourné en Finlande et Veikko n’y est jamais allé.

    Du côté maternel, l’arrière-grand-père de Veikko, Albert Frederick Christian Achilles, né en Allemagne en 1895, a immigré au Canada en 1905 avec sa femme, Augustina. Ils sont arrivés à Saint John, Nouveau-Brunswick, puis se sont installés près d’Owen Sound. Après avoir perdu sa femme en 1913, Albert Achilles a acheté une ferme dans la région de Ryland, lot 22, concession 2, en 1914.

    Sa fille Margaret Sophia, la grand-mère de Veikko, est venue rejoindre son père Albert en 1927 après la mort de son mari, William Turner. Margaret et William avaient également eu une fille, elle aussi prénom- mée Margaret (Augusta) Turner. C’est elle qui, en 1943, épousera Otto Matias Koivisto, le père de Veikko.

    (Extrait de La généalogie des Achilles 1596-1990, un livre sur la famille Achilles, qui compte 16 différentes familles d’Achilles, écrit par Walter Burges Smith II de Chevy Chase, Maryland, publié en 1991. Le livre original fut compilé par le grand-oncle de Veikko, Rolland Achilles, mais il ne contenait que des noms, des dates et des lieux de naissance et de décès. Veikko et sa mère ont aidé à l’élaboration du livre de M. Burges Smith.)

    Veikko a passé son enfance à la ferme de ses parents près du gravel pit du chemin Koivisto, qui a appartenu à MJ Labelle, puis à Chega et maintenant à Villeneuve Construction. Son frère, Eric, y habite maintenant. Il n’a plus d’animaux, mais fait pousser beaucoup de pommes de terre. Ses parents avaient acheté la ferme de Bill Johnson à la fin des années 1940.

    Veikko avait six frères et sœurs : un décédé dans la petite enfance, Selma de Edmonton, Bill du sud de l’Ontario, Raymond de Thunder Bay, Veikko, feu Carol et Eric de Hearst. Veikko a eu deux filles avec Suzanne Dubé dont il est séparé : Jessica, qui vit dans le sud de l’Ontario et qui a deux enfants, Kylannah et Blake ; et Lee-Ann qui habite Gatineau et qui est maman d’un fils, Benjamin.

    Pendant son enfance, Veikko prenait un autobus pour aller à l’école, mais il devait d’abord marcher un mille, jusqu’à la route 583 Nord. Puis, M. Viljo Martin a eu un contrat pour conduire les écoliers Koivisto et Komulainen. Veikko travaillait à la ferme l’été et construisait des tunnels dans la neige l’hiver.

    Veikko a d’abord travaillé dans l’exploration minière en 1974-75 au nord-ouest du Québec une année après l’école. Ensuite, il a suivi des cours au Collège Northern et a été apprenti électricien durant 41⁄2 ans avec M. Eero Keltamaki de Maki Electrical Contractor, avant même que M. Maki ait le magasin Maki Hardware. Veikko a été embauché par la Commission des services publics de Hearst (PUC) en janvier 1980 et a obtenu sa licence de monteur de ligne électrique. Il a pris sa retraite de la Corporation de distribution électrique de Hearst (anciennement PUC) en tant que chef d’équipe en aout 2015. Veikko a fait un peu de bénévolat en donnant un coup de main occa- sionnel pour les installations électriques quand des artistes venaient de l’extérieur et il a été impliqué avec des équipes féminines de hockey. Il dit aimer des petites villes comme Hearst, mais pas toujours la politique… Veikko n’a jamais eu de problème à se faire comprendre, même s’il ne parle pas le français. Il vit toujours dans la maison qu’il a achetée des trois enfants survivants de Ted Achilles, son grand-oncle, au 609 rue George, et continue à y faire des travaux. Ses passetemps sont la chasse et le courtage sur Internet.

    Autres Articles