1 juillet 2022

    Offre d’emploi : chef du Nouveau Parti démocratique

    La course à la chefferie du Nouveau Parti démocratique (NPD) ontarien devra être enclenchée après la démission d’Andrea Horwath. En meilleure position que les libéraux, il pourrait être plus facile pour le NPD de nommer un nouveau chef, et ce, dès l’automne prochain. 

    Selon ce que le journal Le Nord a appris, le conseil provincial du NPD devrait lancer le processus de succession d’Andrea Horwath dans les prochaines semaines, au plus tard en septembre. « Moi je ne me présente pas dans la course, je le dis tout de suite », indique à la blague Gilles Bisson qui a siégé 32 ans à tire de néo-démocrate. « On a beaucoup de bons députés, mais il y a aussi des personnes qui ne sont pas députés qui pourraient être de très bons candidats. Ça risque d’être une course à la chefferie qui va être bien intéressante, mais je pense qu’il y aura plusieurs choix. » 

    Le nom de Guy Bourgouin est sorti comme un potentiel candidat à la course, mais à 57 ans il a officiellement rejeté du revers de la main cette idée. « Quand tu décides de te présenter, il faut que ce soit une décision très songée. Il faut que tu sois prêt à sacrifier minimum dix ans de ta vie. Il y a plusieurs impacts, surtout sur la famille, donc je ne me présenterai pas », affirme Guy Bourgouin, député de Mushkegowuk-Baie James. 

    Le néodémocrate n’est également pas intéressé au poste de chef par intérim. « Il y a beaucoup de dossiers qui me tiennent à coeur pour le comté et je veux mettre tout mon temps à mes dossiers régionaux. Ce n’est pas le travail qui manque », avoue le député qui entame son deuxième mandat. 

    Nomination d’un chef et d’un intérim 

    Le poste de chef par intérim sera confirmé prochainement et cette personne ne pourra pas participer à la course à la chefferie. Si plusieurs noms ont été mentionnés pour l’intérim, celui de France Gélinas, députée de Nickel Belt depuis 14 ans, revient le plus souvent. 

    Entretemps, un député fédéral comme Charlie Angus qui avait tenté sa chance pour conduire le parti au fédéral pourrait souhaiter diriger au niveau provincial. Surtout que le député de Timmins-Baie James ne semble pas avoir d’atomes crochus avec Jagmeet Singh à Ottawa. 

    Marit Stiles, qui était porte- parole en matière d’éducation lors de son premier mandat, n’a pas fermé la porte pour se porter candidate à la chefferie. Elle a obtenu, lors de la dernière élection, près de 57 % des votes du comté de Davenport avec 13 427 votes de plus que son plus proche rival du Parti libéral. 

    Certains spécialistes voient Mike Layton, le fils de l’ancien chef du NPD fédéral Jack Layton, comme un successeur potentiel. Il est actuellement conseiller municipal à Toronto. 

    Au sein même des élus, plusieurs qui le sont depuis longtemps seront courtisés pour se présenter. C’est le cas de Michael Mantha, John Vanthof, Joel Harden et Jamie West.

    Autres Articles