23 mai 2022

    Malgré la sensibilisation, les arnaqueurs soutirent toujours de l’argent

    Des personnes de la région ont perdu des centaines de milliers de dollars aux mains des arnaqueurs professionnels du Web ou par téléphone. Ce n’est pas la première fois que cette situation est mise au grand jour et pourtant, le message ne semble pas passer. Entre autres, le personnel de la Caisse Alliance à Hearst remarque des transactions douteuses habituellement envoyées à l’extérieur du Canada. 

    Ça ne se passe pas seulement ailleurs. Trop de personnes honnêtes transfèrent de l’argent à de faux amis ou à de faux amoureux. Toutes les techniques sont bonnes et les arnaqueurs ont beaucoup d’imagination pour soutirer le plus d’argent possible aux gens au bout du fil. « On a vu des personnes dans notre région qui ont perdu des centaines de milliers de dollars », déplore le directeur régional de la Caisse Alliance à Hearst, Pierre Richard. « Certaines personnes peuvent avoir perdu 200 000 à 300 000$. On en voit, juste à la Caisse à Hearst, cinq ou six par année. » 

    Le processus d’extorsion semble le plus souvent utilisé. « Ça commence souvent avec de l’amitié. Quelqu’un vous écrit et vous dit : je m’ennuie, je n’ai pas beaucoup de famille, j’aimerais seulement trouver un ami sur Facebook. Après plusieurs mois, on développe une amitié, puis là, soudainement, oups, cette personne-là il lui arrive une mal-chance et elle a besoin d’argent pour peu importe la raison », dit le directeur régional de la Caisse, ajoutant que ces fraudeurs sont très patients puisqu’il s’agit de leur travail quotidien de voler le pauvre monde. 

    Lorsque le personnel bancaire trouve des transactions suspectes, on pose des questions afin de sensibiliser le client. « On se pense toujours un peu invincible. Ça peut être un jeune de 18 ans comme ça peut être une personne de 88 ans. C’est tous les âges, des hommes, des femmes, des professionnels, des retraités, des étudiants. Personne n’est à l’abri de ça ! » 

    Pierre Richard nous a confié avoir transféré plusieurs dossiers aux policiers de Hearst et lorsque les montants d’argent sont plus importants, la GRC entre en jeu. « C’est très difficile de retracer l’argent parce que ces gens-là sont vraiment habitués à le faire. Ils demandent, entre autres, des cartes-cadeaux ou des cartes de crédit cadeau. Ils exigent à la personne fraudée qu’elle achète ses cartes et leur envoie des photos. Ça, on le voit beaucoup. » 

    Une personne qui pense être victime de fraude peut en parler avec son institution bancaire ou encore les autorités. Le gouvernement du Canada met à la disposition de la population un site Internet au sujet de la fraude et des arnaques au canada.ca. 

    Autres Articles