1 octobre 2022

    Ma quête pour réduire mon empreinte écologique : Vivre dans un petit espace

    Vivre simplement dans un petit espace, c’est le choix qu’ont fait Valérie Picard et son conjoint, Jérémy, pour leur famille. Depuis 8 ans, le couple habite l’appartement du sous-sol d’une maison familiale. Lorsqu’ils ont souhaité devenir propriétaires d’une maison, ils ont eu l’opportunité d’acheter le duplex du père de Valérie et de continuer à vivre dans l’appartement de 1000 pieds carrés et à deux chambres à coucher avec leur fils, Rowen, maintenant âgé de six ans. 

    Ce choix était murement réfléchi et comportait plusieurs avantages. Au fil des dernières années, la famille a développé un mode de vie que Valérie qualifie d’holistique. Le fait d’habiter un petit espace les force à limiter leur consommation, à posséder moins d’objets et à passer plus de temps à l’extérieur. Cette décision a alors un impact positif sur leur bienêtre. C’est un choix qui leur offre également la liberté financière d’occuper des emplois qui les rendent heureux. 

    Comment organise-t-on l’espace lorsqu’on en dispose de peu ? D’après Valérie, c’est d’être en mesure « de conceptualiser l’espace selon tes besoins, et ça ne se fait pas du jour du lendemain ». Les espaces doivent être multiusages. Chez elle, il est tout à fait normal d’avoir un bureau d’ordinateur dans la cuisine. Dans le salon, qui sert aussi de salle de jeu, on retrouve une trampoline afin que Rowen puisse dépenser son énergie. Toutes les pièces de son appartement sont bien planifiées. L’entreposage se fait le plus possible en vertical et les supports pour sécher les vêtements se plient et se rangent. « Tout est fonctionnel, c’est moins tendance, mais on comble nos besoins créatifs autrement », raconte Valérie. Le plus important demeure le fait de limiter sa consommation. 

    On pourrait croire que la pandémie et le fait d’être confinés en famille dans peu de pieds carrés aurait généré le besoin d’emménager dans un espace plus grand. Toutefois, Valérie affirme que la pandémie les a rapprochés et a renforcé leur désir d’être plus autonomes et de consommer moins. « On aime ça être ensemble ; on n’a pas besoin de notre privé. Pendant la pandémie, on a doublé le jardin et on a fait beaucoup de projets à l’extérieur. » 

    Habiter un petit espace demande un effort cognitif et de l’adaptation continuelle. Cependant, cela n’a jamais été un frein pour inviter des amis à la maison ou pour mettre en oeuvre des projets. « Nous, on vit comme ça par choix. Ça va main dans la main avec notre lifestyle d’avoir moins de choses », raconte Valérie. Le couple a toutefois décidé de moderniser le garage afin d’avoir un peu plus d’espace pour leurs projets créatifs. 

    Habiter un petit espace est un choix responsable pour limiter notre empreinte écologique puisqu’une maison plus petite consomme moins d’énergie et force à éviter la surconsommation. Pour ma part, quand mon conjoint et moi avons choisi notre maison, nous n’avions pas en tête l’idée de limiter l’espace afin de faire un choix écologique. C’est quelques années plus tard, avec le recul et en côtoyant Valérie que j’ai compris que nous aurions pu faire des choix différents, être plus écologiques et être tout aussi heureux. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas parce qu’on dispose de beaucoup d’espace que celui-ci doit être rempli de biens matériels et consommer beaucoup d’énergie.

    Autres Articles