26 septembre 2022

    Ma quête pour réduire mon empreinte écologique : manger moins de viande

    Si notre empreinte écologique était un budget, l’alimentation serait un poste budgétaire dans lequel il serait facile de faire des changements pour économiser. Il faut savoir que la consommation de viande, surtout la viande rouge comme le bœuf et l’agneau, a un impact écologique énorme lors de sa production. En effet, la production de protéines animales demande beaucoup plus d’énergie que la production de protéines végétales. Manger moins de viande est alors souvent présentée comme une solution pour réduire notre empreinte écologique.

    Certaines personnes, comme Fanny Lachance et sa famille, ont décidé de complètement couper la viande de leur alimentation. Ils ont commencé avec une introduction graduelle de repas sans viande il y a quelques années lorsqu’ils habitaient North Bay et qu’ils avaient accès à une grande quantité de légumes locaux chez les fermiers. Selon Fanny, au début, les enfants ont eu un peu de difficulté à s’adapter, mais maintenant ils sont embarqués : « Isabelle (sa fille) a fait une recette de pois chiches avec plein d’épices, elle fait cela dans le poêlon et elle marine tout ça. C’est tellement beau à voir que mon enfant a initié cela». Pour remplacer les protéines animales, la famille de Fanny consomme des noix, des légumineuses ainsi que de la PVT (protéine végétale texturée). Cette dernière gagne en popularité pour remplacer ou couper la viande hachée dans des recettes puisque la texture est presque identique.

    Selon Fanny, cuisiner sans viande demande une adaptation pour rehausser les saveurs des aliments, par contre on apprend à apprécier davantage les saveurs des produits frais. « Avant, la viande c’est ce qui donnait le gout, mais maintenant il faut aller chercher des épices et il faut mélanger des affaires qu’on se demande si ça sera bon ensemble et finalement, c’est wow ! Hier soir, on a mangé une salade, c’était super bon ! Il y avait plein de légumes mélangés avec des noix, des graines de tournesol, des tangerines et du halloum, c’était un party dans la bouche ! »

    Fanny Lachance et sa famille ont adopté un régime complètement à base de plantes pendant quelques années. La motivation principale de Fanny était de réduire son empreinte écologique alors que celle de son conjoint était liée à son bien-être. Étant donné la variété limitée des aliments dans la région, la famille a recommencé à manger des protéines animales telles que des œufs, du fromage, du poisson et un peu de viande. L’alimentation végétale demeure quand même plus importante. Par exemple, leurs boulettes de burger sont à base de haricots noirs, d’ognons, de poivrons et de chapelure.

    De mon côté, ma famille a considérablement réduit sa consommation de viande dans les dernières années. Ce qui est le plus facile pour nous c’est de réduire notre consommation de viande hachée et de couper la viande dans les soupes. Notre sauce à spaghetti, nos boulettes de burger et notre pâté chinois sont maintenant 100 % végétariens. On adopte petit à petit de nouvelles recettes à base de légumineuses ou de tofu en espérant continuer de réduire notre empreinte écologique.

    Repas typique chez Fanny

    Une salade avec du brocoli, ajouter des avocats, avec des poivrons, de belles tomates, de graines de sésame et une vinaigrette balsamique.

    Crédit photo : Fanny Lachance

    Autres Articles