28 novembre 2022

    L’itinérance et les femmes victimes de violence, des problèmes à Hearst

    Il arrive souvent que des gens dans le besoin soient sans résidence fixe pour se réfugier. Le Conseil d’administration des services sociaux du district de Cochrane et certains partenaires communautaires travaillent au développement d’un endroit pour les personnes itinérantes, mais également pour les femmes violentées. 

    Les administrateurs du Conseil d’administration des services sociaux du district de Cochrane ont invité les directions des Services de counselling, de la Maison Renaissance et du Comité de mobilisation afin d’explorer la possibilité d’un financement pour des abris destinés aux femmes violentées et aux personnes sans-abris. 

    À titre de partenaire dans ce projet, la Ville de Hearst n’aurait qu’à fournir un terrain. 

    Entretemps, lorsque des policiers de la Police provinciale de l’Ontario doivent intervenir auprès des individus sans domicile fixe, ils sont en mesure d’offrir des coupons pour des chambres d’hôtel. Cette initiative n’est que temporaire en attendant le développement des projets. 

    Ces coupons ne sont pas offerts à la population générale, mais seulement aux gens dans le besoin pour ensuite les diriger vers les services appropriés. 

    L’une des administratrices de la Commission, Diane Larose, a témoigné d’une histoire vécue à titre d’exemple. Lorsque la Maison Renaissance a fermé ses portes pendant le temps des Fêtes en décembre, deux participants n’avaient plus d’endroit où habiter. Le Centre de désintoxication a réussi à placer une personne dans un établissement d’une autre communauté, mais la deuxième s’est retrouvée à la rue. 

    Outre les logements, il a été noté lors d’une rencontre de la Commission des services de police un manque au niveau de la soupe communautaire. Le Samaritain du Nord à Hearst n’est ouvert qu’une journée par mois, ce qui est insuffisant selon les membres. 

    Autres Articles