2 octobre 2022

    Le premier pow-wow présenté à Hearst en met plein la vue !

    Le 13e pow-wow annuel de la communauté de Constance Lake s’est exceptionnellement déroulé au Centre récréatif Claude-Larose à Hearst dans le cadre du 100e de la ville. Les organisateurs estiment avoir attiré près de 1000 personnes. 

    Pour minimiser les risques d’éclosion de COVID-19 et compte tenu du recensement de plusieurs cas de blastomycose au cours de la dernière année, le comité organisateur a décidé d’entreprendre des démarches pour que le rendez-vous annuel se déroule à Hearst. 

    « Nous voulions aussi partager nos traditions et notre culture avec les gens de la communauté. Nous sommes des voisins au niveau du territoire, mais les préjugés peuvent parfois empêcher des gens de s’intéresser à certaines parties de notre culture », explique Austin Baxter. 

    Au son des tambours et des chants, les participants dansaient ou marchaient autour des musiciens. Chaque prestation était évaluée par un jury qui accorde des points tout au long de la fin de semaine. L’animateur est un habitué des pow-wow ; avant la COVID-19, il animait plus d’une dizaine d’évènements par été, un peu partout. 

    Les compétitions de danses hommes étaient divisées en trois catégories : Fancy, Traditional et Grass. Pour les femmes, c’était semblable : Fancy, Jingles et Traditional. Toutes les compétitions étaient amicales et les cinq juges choisissaient les cinq meilleurs pour l’obtention d’un prix. « Pour les tambours, il n’y avait pas de groupe de Constance Lake, donc notre groupe hôte provenait de Moose Factory, et nos cohôtes étaient de Thunder Bay », explique M. Baxter. 

    Les autres groupes provenaient de Timmins et Thunder Bay. « Bien souvent, les membres entre les groupes se connaissent depuis l’adolescence, puisque ça prend une chimie pour pouvoir être sur le même temps », dit Austin Baxter. « Pour ce qui est des chants, ils étaient en cri, ojibwé et mohawk. » 

    Ce genre d’évènement attire des Autochtones d’un peu partout en Ontario, mais également de la région de New York aux États-Unis. Le groupe mohawk de New York a exécuté une danse avec de la fumée pour démontrer le type de prestation offerte dans leur communauté. 

    Aux yeux des organisateurs, l’évènement a eu un franc succès. Ils ont souligné l’aide apportée par les bénévoles de Hearst et Constance Lake. 

    M. Baxter n’a pas fermé la porte à présenter de nouveau le pow-wow de la communauté de Constance Lake dans les installations de Hearst, mais c’est encore seulement une idée sur la table, rien n’est officiel. 

    Autres Articles