21 mai 2022

    Le Festival Coup de cœur francophone sème du bonheur

    Ce fut toute une manière de célébrer la francophonie de notre coin de pays. Entre les contes de la légende québécoise, Fred Pellerin, et les chansons joviales et charmantes de Veranda, Céleste Lévis et Joly, il y en avait pour tous les gouts. Avec le sourire jusqu’aux oreilles, bon nombre de spectateurs ont quitté la Place des Arts de bonne humeur et bien gâtés. Le Festival Coup de cœur francophone du Conseil des Arts de Hearst (CAH) a débuté mercredi dernier avec un spectacle de Fred Pellerin, de retour à Hearst pour la première fois depuis son spectacle en 2004.

    Fred Pellerin

    Accompagné d’une chaise, d’un microphone et d’une guitare, l’artiste a réussi à faire beaucoup avec très peu, surtout par l’usage de sa voix pour créer des dimensions entre ses personnages et établir des nuances entre les hauts et les bas de ses récits. Maitre des jeux de mots et des métaphores, le conteur nous a transportés dans son univers aussi grandiose que sa présence sur scène. On pouvait voir les spectateurs rire à gorge déployée du début jusqu’à la fin de son spectacle, surtout lorsque ses personnages fabuleux frisaient le ridicule. Mais il y avait également des leçons à tirer lors des passages plus chagrinants de ses histoires, nous rappelant que l’art du conte, c’est aussi l’art de la réflexion.

    Photo : Steve Mc Innis

    En compagnie de Céleste et Joly

    Les auteurs-compositeurs-interprètes franco-ontariens, Céleste Lévis et Joly, ont présenté aux spectateurs en salle et en ligne les compositions de leur répertoire respectif, y compris les chansons tirées du nouvel album de Céleste, sorti il y a deux semaines. Ce fut leur première prestation musicale depuis le lancement de l’album et le couple semblait très heureux de leur retour sur l’estrade devant une audience, après plus d’un an de spectacles en virtuel. Les deux artistes se complètent musicalement par la complémentarité de leurs voix et leurs styles musicaux. En pleine douceur, les chanteurs s’accompagnent avec des harmonies qui s’entrelacent et un jeu musical qui ajoute des nuances subtiles et angéliques à leurs compositions. Naturel sur scène, le duo musical a su établir une ambiance relaxante tout en surprenant les spectateurs avec leurs voix fortes et retentissantes.

    Photo : Jean-Philippe Giroux

    Soirée bluegrass

    Pour clôturer le festival, le CAH a invité Veranda à monter sur scène. Costumé en vêtements de style folk et bluegrass, le groupe amène son public au premier abord dans un monde de musique country typiquement américain tout en restant fidèle à ses racines québécoises. Dynamiques et souriants, les artistes ont touché à plusieurs instruments : le banjo, la guitare, la contrebasse, la mandoline. Très tôt durant le spectacle, ils ont invité la foule à iodler avec eux, histoire d’engager et d’apprivoiser leur public. Les musiciens se sont amusés à présenter les œuvres musicales de leur répertoire ainsi que celui du bluegrass traditionnel des années cinquante. Avec une musique aussi entrainante qu’énergique, il était difficile de ne pas taper du pied et des mains, du début à la fin.

    Photo : Jean-Philippe Giroux

    Autres Articles