23 mai 2022

    Le fédéral et l’Ontario mettent la main à la poche pour l’Université de Hearst

    Dans le cadre d’une entente Canada-Ontario pour l’amélioration de l’éducation postsecon-daire en français, l’Université de Hearst reçoit 5,7 millions $. L’annonce a été faite le 28 mars, la deuxième du genre en une semaine, par la ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor. Deux projets de l’Université de Hearst bénéficieront de cet argent. 

    Dans un premier temps, le gouvernement du Canada accorde près de 1,9 million $ sur trois ans à l’établissement pour enrichir son offre de programmes d’études. L’entente précise que ces fonds serviront également à l’embauche de professeurs et à l’élaboration d’une « stratégie de promotion de la santé mentale et du bienêtre pour favoriser la rétention et la réussite des étudiants et étudiantes ». L’Université de Hearst, grâce à l’appui du gouvernement de l’Ontario, injecte plus d’un million de dollars sur trois ans à ce projet. 

    Des espaces rénovés 

    Le second projet vise la rénovation de « plusieurs salles et espaces » d’enseignement, grâce à une enveloppe de 887 500 $ provenant du gouvernement fédéral et une autre de 1,8 million $ sur deux ans de la part de la province. « L’augmentation de nos inscriptions au cours des huit dernières années, notre utilisation des technologies et l’ajout, cet automne, de notre premier programme de deuxième cycle, un diplôme d’études supérieures en psycho-thérapie font que nous devions absolument repenser nos installations », a précisé le recteur de l’Université, Luc Bussières pendant la conférence de presse. 

    « L’appui pourra stabiliser et appuyer le développement de l’Université en intégrant des étudiants internationaux, et renforcer les services de soutien offerts à ces étudiants », a déclaré la ministre Petitpas Taylor. 

    Les fonds de l’Ontario proviennent de l’Entente Canada- Ontario relative à l’enseignement dans la langue de la minorité et à l’enseignement de la seconde langue officielle 2020-2021. Les fonds fédéraux proviennent du programme Développement des communautés de langues officielles inclus dans le Plan d’action pour les langues officielles (PALO) 2018-2023 qui prévoit 67,3 millions $ de nouveaux investissements en infrastructures éducatives et communautaires. 

    Du côté du fédéral, ces fonds proviennent d’une « enveloppe séparée, pour des investissements d’infrastructures et non du postsecondaire », avait affirmé la ministre Petitpas Taylor lors d’une annonce similaire le 21 mars pour l’Université Saint-Paul à Ottawa. 

    De gauche à droite et de haut en bas : la ministre des Langues officielles Ginette Petitpas Taylor; Fabien Hébert, président du Conseil des gouverneures et gouverneurs de l’Université de Hearst; Marc Serré, secrétaire parlementaire aux langues officielles et Luc Bussières, recteur de l’Université de Hearst.

    Photo : capture d’écran 

    Autres Articles