28 novembre 2022

    La pénurie de logements nuit aux entreprises, aux personnes à faible revenu et aux aînés

    Christian Gammon-Roy

    IJL – Réseau-Presse – Tribune : la Voix du Nipissing Ouest

    Les résidents de Nipissing Ouest ont pu se prononcer sur deux enjeux importants lors d’ateliers virtuels tenus les 26 et 27 juillet, le premier portant sur le logement et le deuxième, sur l’avenir du site de l’ancien moulin à scie à Sturgeon Falls.

    La firme de consultation Republic Urbanism a cherché à connaître les besoins en logement de la population locale, puis les barrières au logement et les solutions possibles, selon le consultant Paul Hicks. Ce qui a ressorti encore et encore des commentaires, c’est que l’offre ne satisfait pas à la demande et qu’il manque de logements abordables.

    Près de 20 personnes ont participé à la discussion du 26 juillet, relatant les défis qu’ils vivent. Il y avait des gérants d’entreprise incapables de trouver du logement adéquats pour leurs employés; des locataires aux prises avec des loyers trop chers; des sans-abris qui n’ont aucun refuge dans le Nipissing Ouest; des familles incapables de trouver un espace adéquat pour un parent âgé.

    Les employeurs affirment que la crise du logement est une barrière au recrutement et donc une entrave au développement économique. « En tant qu’employeur de personnes de cette génération, dans la vingtaine, je vois beaucoup de nos employés qui galèrent pour trouver un logement à proximité de leur travail, » de décrire Bruno Lepage, propriétaire de Riv Chip Stand. Il a souligné que le Nipissing Ouest couvre un vaste territoire, et les gens qui ne peuvent pas se payer un loyer en ville doivent voyager sur une distance considérable pour travailler. « J’ai des employés en ce moment qui doivent marcher de Cache Bay à Sturgeon Falls juste pour venir travailler à cause du manque de logements abordables. Il y a des défis importants engendrés par le manque de services de transport et l’absence de petits appartements ou d’appartements abordables pour les personnes à faible revenu. C’est pratiquement non-existant. »

    Nicole St-Georges, gérante en ressources humaines chez DSI Underground, ajoute que cette situation nuit au recrutement et pourrait même pousser la compagnie à quitter la région. « C’est une petite ville et nous continuons à croitre, et c’est très difficile d’attirer de nouvelles personnes en ville, ou même les retenir, lorsqu’il n’y a pas de logement. Nous avons vu des candidats refuser une offre d’emploi ou retirer leur candidature parce qu’ils n’ont pas trouvé de place à rester, » raconte-t-elle. « Nous essayons d’aider la ville à croitre, et nous voulons rester ici, (…) nous ne voulons pas quitter mais nous pourrions être obligés de le faire parce que nous n’arrivons pas à avoir assez d’employés et le manque de logement est une cause principale. »

    Il y a aussi une pénurie de places dans les institutions de soins de longue durée, avec de longues listes d’attente pour les places limitées au foyer Au Château et au Pavillon de l’Hôpital général de Nipissing Ouest. Cela oblige les personnes aînées à quitter la région. « Ma mère, qui a 94 ans, vit maintenant à North Bay parce qu’il n’y a pas de place à Sturgeon. Elle souffre d’Alzheimer et elle a son nom sur la liste pour une place à Au Château depuis 4 ans. Elle est dans une maison de retraite alors qu’elle devrait être dans un foyer de soins, » déplorait Suzanne Davidson-Noël.

    L’étude sur le logement a débuté en avril, et la session de consultation n’était qu’une étape du processus, avec un rapport attendu à l’automne. Un sondage est aussi affiché sur le site web de la municipalité, et les gens sont invités à le remplir pour ajouter leurs commentaires.

    La consultation du 27 juillet visait à savoir ce que la population voudrait voir sur le site de l’ancien moulin, acquiert par la ville en 2020. Environ 28 personnes ont participé, suggérant un centre d’achats, des activités culturelles, un jardin communautaire et, le plus populaire, des sentiers pour les randonneurs et cyclistes.

    Certains ont fait le lien entre la session de la veille, suggérant que le site pourrait servir au développement résidentiel afin d’alléger la pénurie de logements. M. Hicks a précisé que le niveau de contamination pourrait écarter cette possibilité, puisqu’il s’agit d’un ancien site industriel. Une étude environnementale et une décontamination pourraient s’avérer nécessaire, et selon M. Hicks, le coût devrait être assumé par les utilisateurs du site et non par les contribuables. « Nous développerons une stratégie pour assurer que ce fardeau n’incombe pas aux contribuables actuels de Nipissing Ouest, » a-t-il assuré.

    La session n’est qu’une étape préliminaire pour dessiner l’avenir du site. M. Hicks a évoqué bien d’autres étapes : rencontre avec l’administration municipale; identifier les partis intéressés dont le ministère des Richesses naturelles et la compagnie ferroviaire; puis négocier des ententes avec d’éventuels partenaires des premières nations. Il a promis qu’il y aura d’autres consultations tout au long du processus. « Le but ultime, c’est d’avoir un concept global et une stratégie de développement approuvés d’ici la fin de l’année, » a-t-il conclu.

    Photo : https://yesshelter.ca/

    Autres Articles