26 novembre 2022

    Fuir la guerre en Ukraine : une famille trouve refuge à Hearst

    Des résidents de Hearst accueillent présentement une famille de réfugiés ukrainiens, en provenance de l’ouest de l’Ukraine, arrivée en ville le 21 mai dernier, après deux mois d’efforts pour sortir du pays en plein conflit. 

    Avec seulement quelques valises à leur nom, Vasyl Vytvytskyi, sa femme et ses enfants se sont rendus dans le Nord de l’Ontario pour s’installer chez leur ami Michael Joanis, un résident de Hearst. Depuis lors, les cinq font leur possible pour assurer leur intégration, avec l’appui de plusieurs membres de la communauté. 

    De l’Ukraine au Canada 

    M. Joanis et M. Vytvytskyi, le père de la famille, se connaissent depuis 2018. Le Canadien a rencontré l’Ukrainien lors d’un voyage en Slovaquie. « Lorsque la guerre a éclaté, je suis allé sur Facebook et je lui ai dit : as-tu besoin d’un endroit où rester avec ta famille », raconte M. Joanis. 

    Sachant que son ami pourrait aider, l’Ukrainien a suivi les étapes nécessaires pour se rendre au Canada. La famille a quitté Dolyna – leur petite communauté située à trois heures de Lviv dans l’ouest du pays – pour trouver refuge à Hearst. « On savait qu’il nous aiderait à commencer à vivre, à commencer une nouvelle vie ici », explique M. Vytvytskyi. 

    Depuis leur arrivée, ils ont reçu bon nombre d’objets des gens de la communauté, comme des sacs de vêtements, deux vélos et des jouets, pour les soutenir au cours de cette transition. Des résidents de Hearst ont aussi aidé la famille à faire leur épicerie. 

    La beauté du réseautage 

    L’équipe des Services d’établissement du Nord-Est de l’Ontario est entrée dans le portrait afin d’offrir un coup de main, notamment en s’occupant des détails administratifs. Lors d’un voyage récent au bureau de Service Canada à Kapuskasing, Lina Caron, agente d’établissement de l’organisme, a rencontré la famille qui y était dans le but d’obtenir un numéro d’assurance sociale, essentiel pour travailler au Canada. 

    Par la suite, les Vytvytskyi se sont rendus vers leur foyer d’accueil à Hearst. Mme Caron les a rencontrés de nouveau chez M. Joanis afin de discuter des services disponibles pour faciliter leur établissement en ville. « Quand ils ont su qu’il y avait des services pour les aider, ça les a encore plus soulagés », raconte-t-elle. 

    Elle ajoute que deux autres familles ukrainiennes sont déjà installées dans la ville de Kapuskasing et que plusieurs personnes de cette région ont dit vouloir aussi accueillir des réfugiés. 

    Pour quitter son pays natal, il faut une adresse de résidence avant l’arrivée. C’est pour cette raison que les gens avec contacts, comme M. Vytvytskyi, peuvent se rendre au Canada plus facilement. Autrement, le processus est beaucoup plus long, principalement pour franchir les multiples étapes administratives. 

    Après avoir trouvé un logement, il faut penser aux autres nécessités comme le service de garde pour enfants et l’obtention d’un emploi. Anthony Miron, gestionnaire de programme, explique que la langue est une barrière majeure pour ces nouveaux arrivants ne parlant pas français et bien que le père parle anglais, les options d’emploi demeurent limitées. Il faut alors chercher des opportunités où la langue n’est pas au coeur du travail. 

    Dans son pays d’origine, M. Vytvytskyi travaillait dans le secteur du pétrole et du gaz naturel ainsi que dans le domaine de la construction. 

    Collecte de dons 

    La communauté de Hearst se mobilise depuis les dernières semaines afin de venir en aide à cette famille. Parmi les initiatives, il y a une collecte de dons qui se déroulera tout au long du mois de juin. Deux membres de la communauté remettront à la famille Vytvytskyi une somme d’argent, le 1er juillet, au nom de la population de Hearst. 

    Il est possible de faire un don à la Caisse Populaire, au compte numéro 34134, ou par transfert électronique au courriel [email protected] 

    Autres Articles