23 mai 2022

    Face à la crise d’opioïdes, un centre résidentiel vient en aide

    La dépendance peut devenir un problème à n’importe quel âge, mais les troubles de consommation chez les jeunes sont les plus dévastateurs. La Maison Arc-en-Ciel est un centre de traitement dans la municipalité d’Opasatika pour les jeunes toxicomanes de 12 à 24 ans qui souffrent d’un problème de substances allant de l’alcool aux drogues illicites, dont les opioïdes, qui font de plus en plus de victimes au pays depuis le milieu des années 2010.

    En fait, le nombre de clients dépendants aux opioïdes a augmenté dans les dernières années, remarque la directrice générale du centre résidentiel, Estelle Bérubé. Il y a notamment une hausse des personnes qui consomment plusieurs substances simultanément.

    La Maison Arc-en-Ciel fournit de la méthadone ou d’autres opiacés de synthèse utilisés dans le traitement de la dépendance aux opioïdes. Les médicaments antagonistes sont prescrits par un médecin et les employés du centre gèrent l’administration des opiacés.

    « C’est notre responsabilité de les garder barrés et puis de s’assurer que le client prend ses doses », explique la directrice générale.

    Or, La Maison Arc-en-Ciel soutient les jeunes hommes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, y compris l’alcoolisme. Ils sont soit référés par un professionnel ou ils appellent par eux-mêmes pour y être admis.

    Mme Bérubé mentionne qu’au fur et à mesure que l’année avance, la demande semble augmenter.

    « Ce sont tous des jeunes qui ont développé une dépendance au courant de l’adolescence, qui sont en pleine croissance, raconte-t-elle. Le développement cognitif n’est pas complet. »

    Il y a plusieurs facteurs qui déterminent le taux de réussite ou de rechute d’un patient, explique la directrice. Le plus tôt que l’intervention a lieu, le plus la personne a la chance de remonter la pente. Le rétablissement est un processus délicat et individuel qui requiert beaucoup de travail personnel et émotionnel de la part du patient.

    Le centre de traitement peut héberger six jeunes hommes à la fois, pour des durées variées.

    La Maison Arc-en-Ciel offre maintenant des services bilingues « pour essayer de mieux desservir notre région ». Auparavant, le centre n’offrait que des services en français.

    Photo : Archive – Initiative de journalisme local – réseau.presse

    Autres Articles