15 août 2022

    Des résidents de Lafontaine préoccupés par la vitesse

    Alexandra Snider – IJL – Réseau.Presse – Le Goût de vivre

    La rue 26 du comté de Simcoe mieux connue sous le nom de la rue Lafontaine Ouest traverse le village situé au sommet d’une côte. En plus des services communautaires et des restaurants, cette rue principale est bordée par une résidence pour les personnes âgées et l’école élémentaire Sainte-Croix qui comprend un service de garde pour des jeunes de 12 mois à 4 ans. La limite de vitesse dans le village est 50 km/h et « actuellement, la route qui traverse le village a été désignée une zone de sécurité communautaire et des panneaux sont affichés. Par conséquent, les amendes reçues pour de nombreuses infractions, y compris les excès de vitesse, sont doublées dans la zone », explique Aaron Coulter, agent avec la Police provinciale de l’Ontario.

    Aaron Coulter – crédit : Odette Bussière

    Inquiétude des résidents

    En raison de la côte, la visibilité est limitée en entrant dans le village. « Quand tu montes la côte, si tu arrives vite, tu n’as pas nécessairement le temps de mettre les freins, surtout les gros camions », dit Claudette Paquin qui habite sur la rue principale depuis 2014. Annique Maheu, membre du conseil de l’école Sainte-Croix et mère de 3 jeunes enfants, ajoute que dernièrement, la circulation a augmenté, car « il y a des résidents à longueur d’année qui se sont installés dans le coin. Donc, non seulement il y a plus de trafic, mais il y a plus de vitesse aussi. »

    Claudette Paquin – crédit : Alexandra Snider

    En plus, avec le beau temps de l’été, les jeunes de l’école et de la garderie traversent plus souvent la rue pour faire des sorties au parc. Selon Claudette Paquin « c’est un accident qui va finir par arriver s’il n’y a rien qui est fait. Surtout avec le nombre de gros camions l’été et à la vitesse où ils vont. »

    Solutions possibles

    Claudette Paquin explique que l’affichage devrait être plus évident. « Présentement, il n’y a absolument rien qui ralentit. Il y a l’affiche de zone communautaire avec les amendes augmentées, mais ça ne ralentit pas le monde. »

    Idéalement, Annique Maheu aimerait avoir un passage pour les piétons avec des lumières clignotantes qui permettent aux résidents d’accéder aux services à l’autre bord de la rue de façon sécuritaire. « Au strict minimum, ajoute-t-elle, il faudrait vraiment un affichage que la zone scolaire c’est un 40 km/h, ainsi que les radars qui indiquent la vitesse à laquelle les gens vont et qui clignotent quand ils sont au-delà de la limite. » 

    Démarches de la communauté

    En 2015 et 2016, Claudette Paquin a envoyé une lettre et quelques courriels au comté de Simcoe, qui est responsable pour l’affichage et l’entretien de la route. Elle n’a reçu aucun accusé de réception, mais en août 2016, le Comté lui a répondu, expliquant qu’il respecte les directives de «l’Ontario Traffic Manual» et de l’Association des transports du Canada. Malgré son insistance que l’affichage n’est pas suffisant « ce n’est jamais allé nulle part », dit-elle.

    L’école élémentaire du village de Wyevale, située à 20 minutes de Lafontaine, peut compter sur un affichage pour la vitesse et des radars sur une rue du Comté. Cet affichage a été possible par une collaboration entre le canton de Tiny et le comté de Simcoe. Donc, le conseil d’école de l’école élémentaire Sainte-Croix a récemment approché le canton afin d’avoir une meilleure chance de convaincre le Comté. « On passe par la collaboration en premier, en travaillant avec le canton », affirme Annique Maheu. Si cette démarche n’est pas fructueuse, des membres de la communauté seraient prêts à se mobiliser pour obtenir un affichage plus sécuritaire à Lafontaine. Mme Maheu dit avoir déjà reçu des messages à cet effet.

    Photo principale : Alexandra Snider

    Autres Articles