22 mai 2022

    Constance Lake toujours en lutte contre la blastomycose

    La Première Nation de Constance Lake se mobilise pour réduire les risques d’être infecté par la blastomycose en se promenant dans la communauté. 

    Bien que l’origine de l’infection fongique n’ait pas encore été déterminée, la communauté entamera des efforts de restauration pour maintenir les raccourcis pédestres fréquemment utilisés par la population. 

    De plus, les piles de bois qui ont été identifiées comme étant une source potentielle de blastomycose seront déplacées, même si le résultat de chacun des échantillons de ces tas est négatif. Services aux Autochtones Canada travaillera étroitement avec la Première Nation afin de les enlever. 

    La cheffe de la Première Nation dit que la situation est sérieuse. « Je vous demande d’être assez attentifs, que nos efforts sont de continuer à protéger les patients de blastomycose », explique Ramona Sutherland. 

    Les enquêteurs examinent actuellement le lac Wilmot et la rive du lac Constance Lake pour essayer de trouver la source de l’infection. 

    La Première Nation de Constance Lake annonce qu’il y a 31 cas confirmés de blastomycose et zéro cas probable, en date du 31 mars. À noter que 152 personnes ayant constaté des symptômes de l’infection fongique font partie de l’enquête. La cheffe s’attend à ce que ces nombres soient mis à jour prochainement. 

    L’état d’urgence a été déclaré en fin novembre à la Première Nation de Constance Lake, en réponse à une éclosion de blastomycose. Mme Sutherland dit que l’état d’urgence sera en vigueur tant et aussi longtemps que la blastomycose est présente dans la communauté. 

    Photo : communities.knet.ca/constance-lake-first-nation

    Autres Articles