2 Décembre 2022

    Avenir du Complexe sportif Robert Hartley : « tout est possible »

    Noé Cloutier – IJL – Réseau.Presse – Le Régional

    « Tout ça a commencé au mois d’août de l’année dernière […], le Complexe a au-delà de 40 ans, alors c’est sûr qu’il faut investir de l’argent pour le maintenir », soutient Samuel Cardarelli, directeur général par intérim à la Ville de Hawkesbury.

    Évidemment, comme n’importe quelle consultation, l’objectif est de recueillir le plus de réponses possibles afin d’avoir un portait représentatif de ce que veut la population.

    « On veut suivre la population et aussi avoir un plan A, B et C, dépendamment de ce qu’il y a à faire », affirme-t-il.

    « Tout est possible »

    Il faut dire que « ce qu’il y a à faire » dépend de plusieurs choses. En plus de consulter ses citoyens, la ville attend aussi des résultats auprès de la firme d’ingénieurs LRL qui, en jugeant l’état du Complexe dans les mois à venir, décideront de la partie « entretien » des rénovations.

    Aucune date n’est fixée quant à la conclusion de cette évaluation, mais un portrait plus clair pourrait être disponible vers la fin de l’année 2022.

    En attendant tous ces résultats, la ville reste « ouverte » à toutes les avenues, notamment celle d’un nouveau Complexe.

    « Tout est ouvert, il le faut si on veut prendre les bonnes décisions. Cela dépend toujours de l’argent à investir, parce que si on atteint un point où cela nous coûterait  plus cher de juste le maintenir, plutôt que de reconstruire, on adressera notre stratégie en conséquence », conclut-il, alors que la « première étape » de consultations publiques se poursuit avec le questionnaire qui est toujours en ligne.

    La poursuite d’un plan

    Ces consultations et évaluations font partie d’un plan en trois étapes qui avaient été adoptées plus tôt cette année. Ce projet, il est géré par la firme Colliers et, en tout et partout, 150 000$ du budget 2022 de la ville lui est accordé.

    La première étape consistait à s’occuper de l’entretien et des réparations jugées « urgentes ». La deuxième étape est celle des consultations publiques actuelles et la troisième est celle de l’évaluation des ingénieurs de LRL, prévue plus tard cette année.

    Tout cela pour finalement évaluer ce qui doit être fait, ce qui peut être fait, et concrètement, quel est l’avenir du Complexe sportif Robert Hartley. Un processus qui mènera à d’importantes décisions en 2023, soit l’année du 45e anniversaire de l’immeuble construit en 1978.

    Photo principale : Noé Cloutier

     

    Autres Articles