28 novembre 2022

    Apprendre la « francoresponsabilité » en six jours

    FRANCOPRESSE – Venant d’une dizaine de pays et territoires des Amériques, 50 jeunes adultes se réuniront dans la capitale canadienne du 8 au 13 aout pour le Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, une formation sur le leadeurship et l’innovation sociale. L’idée est de former des citoyen·ne·s engagés, en plus de nouer des liens dans la francophonie.

    Marianne Dépelteau – Francopresse

    « La francoresponsabilité, c’est l’affaire de tout le monde, explique Flavie-Isabelle Hade, directrice générale adjointe et directrice de la programmation du Centre de la Francophonie des Amériques (CFA). Ce n’est pas juste l’affaire de l’institutionnel, tout le monde a son rôle à jouer, que vous soyez un étudiant, que vous œuvriez au sein d’une association ou au sein d’une entreprise ».

    Créé par le gouvernement du Québec dans le cadre de sa Politique en matière de francophonie canadienne, le label « francoresponsable » invite à afficher sa francophonie en s’engageant activement. L’idée est d’encourager les organismes et les entreprises à l’utiliser pour promouvoir la langue et la culture à travers leurs services.

    Le CFA tiendra la sixième édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques à l’Université Saint-Paul, à Ottawa. L’établissement a été choisi pour son « expertise assez extraordinaire sur l’innovation sociale, donc on parle un peu le même langage », avance Flavie-Isabelle Hade.

    L’évènement rassemblera 50 jeunes adultes âgés de 18 à 35 ans, choisis parmi 500 candidats et venant entre autres du Canada, des États-Unis, de Haïti, du Brésil, du Mexique et de Guadeloupe.

    Six jours d’apprentissages intensifs

    Le programme rassemble des ateliers, des conférences, des tables rondes et des activités culturelles qui permettront aux participants de «s’outiller pour devenir des citoyens engagés dans leur milieu ».

    La formation intensive de six jours vise également à sensibiliser les participants aux enjeux de la francophonie des Amériques et à leur permettre d’échanger sur leurs expériences, de tisser des liens durables entre eux et de découvrir la communauté franco-ontarienne.

    « Je vois le forum comme une occasion d’en apprendre plus sur la francophonie à travers le continent américain », précise Océane Hardouin, participante du Yukon. « J’y vais vraiment dans l’optique d’apprentissage, mais aussi de réseautage ».

    Pendant les six jours de l’évènement, le forum ouvrira virtuellement ses portes au public pour la présentation de conférences en ligne. « L’intention est vraiment de rendre le contenu pertinent et accessible, explique Flavie-Isabelle Hade. On pense beaucoup à tous ceux qui ont posé leur candidature et qui ne pourront pas être avec nous. »

    L’évènement revêt un caractère de développement important pour Océane Hardouin. « La construction identitaire de chaque personne passe énormément par la langue. J’adore les occasions comme ce forum de pouvoir tisser des liens avec d’autres francophones et de pouvoir échanger sur les bonnes pratiques de comment mettre en valeur la francophonie, de comment inciter les jeunes à rester aussi dans le monde francophone. »

    Dans le cadre de son emploi à l’Association franco-yukonaise (AFY), Océane Hardouin travaille pour la jeunesse francophone en organisant notamment des activités «pour montrer que le français n’a pas sa place seulement à l’école».

    À lire aussi : Un nouveau contrat social entre le Québec et la francophonie canadienne

    Former la relève

    Depuis ses débuts en 2009, le Forum a pour vocation de mobiliser les jeunes afin d’encourager le dynamisme et le renouvèlement de la francophonie.

    « Les jeunes, c’est le présent, mais c’est aussi qu’ils vont occuper bientôt des postes de direction […] il faut absolument les outiller », fait valoir la directrice générale adjointe du CFA.

    L’expérience du forum est de permettre aux participants d’être informés, éduqués, sensibilisés et engagés, selon Flavie-Isabelle Hade. « On a étudié tous les dossiers et [avec] les jeunes qui sont sélectionnés, vraiment, on travaille avec des profils extraordinaires. »

    Photo : Centre de la francophonie des Amériques

    Autres Articles