2 Décembre 2022

    À Midland, les organismes prévoient une augmentation de sans-abris

    Alexandra Snider – IJL – Réseau.Presse – Le Goût de vivre 

    Depuis le début de la pandémie, la mise en place d’un programme de refuge temporaire dans des motels du comté de Simcoe vise à loger les gens incapables d’accéder aux refuges en raison de la capacité réduite de ces derniers. Grâce à ce programme, Jessie Crowe, la gérante d’affaires à l’église communautaire de l’Armée du Salut à Midland, constate que la population de personnes sans-abris est restée assez stable pendant la pandémie.

    N’étant plus en mesure de financer cette mesure exceptionnelle, le Comté de Simcoe a approuvé une réduction progressive du programme, débutant le 30 juin. Au cours de cette transition, des individus seront dirigés au Guesthouse Shelter à Midland. « On voit une augmentation de personnes sans-abris dans les dernières semaines, car le programme tire à sa fin, dit Mme Crowe. Ils demandent graduellement aux gens de déménager. »

    La bibliothèque de Midland veut gérer les situations problématiques

    Trish Hayes, directrice générale et bibliothécaire en chef de la bibliothèque de Midland, croit que le nombre de personnes sans-abris qui fréquentent la bibliothèque augmentera avec la fin du programme de motels et le temps chaud. Mme Hayes précise que la bibliothèque a donc prévu « de la formation supplémentaire afin d’aider notre personnel à améliorer leur service à la clientèle et offrir des services qui tiennent compte des traumatismes et des gens avec des problèmes de toxicomanie. Donc, on forme notre personnel afin qu’ils se sentent plus confiants lorsqu’ils gèrent certaines situations problématiques. »

    Le personnel de sécurité suit un nouveau protocole qui permet de gérer différents problèmes uniformément. Ceci permet une meilleure compréhension des limites acceptables face à différents comportements. « On doit s’assurer de maintenir un environnement accueillant pour tous dans la communauté, afin que lorsque les enfants, parents et personnes âgées entrent ici, ils se sentent en sécurité. Avec de bonnes mesures, on espère pouvoir être inclusif et appuyer toute la communauté », prévoit Mme Hayes. De plus, la bibliothèque permet maintenant aux personnes qui n’ont pas d’adresse fixe d’emprunter du matériel de la bibliothèque et elle offre toujours l’accès à Internet et aux ordinateurs.

    À l’Armée du Salut, on fait des réserves

    L’église communautaire de l’Armée du Salut a plusieurs services pour appuyer les personnes sans-abris, tels qu’une friperie, une banque alimentaire et des travailleurs de proximité qui cherchent à venir en aide aux gens dans la communauté. « On vérifie le bien-être des personnes sans-abris, on offre des sacs alimentaires en urgence tous les jours et les gens viennent à notre bureau pour chercher des rations quotidiennes », souligne Jessie Crowe.

    La gérante d’affaires « anticipe une augmentation dans le nombre de personnes sans abris venant nous voir dans les semaines à venir alors que le programme se termine. » Par conséquent, ils ont fait des réserves, d’eau et de nourriture, notamment des boîtes de conserve et des boissons riches en protéines et nutriments. Ils font aussi le stockage de tentes, de bâches et de sacs de couchage.

    Répondre aux besoins de cette population croissante

    Dans le comté de Simcoe et à Midland, il n’y a pas de logement abordable, déplore Mme Crowe. « Jusqu’à ce qu’il y ait du logement abordable disponible, il y a aura toujours des personnes sans-abris, car ils n’ont aucune place où aller. Sans logement, il n’y a rien qu’on peut faire. Donc la réponse à long terme est qu’on doit construire du logement pour les gens à faible revenu. »

    Toutefois, le public peut toujours contribuer à aider le nombre croissant de personnes sans-abris avec des solutions à court terme. L’Armée du Salut a toujours besoin des dons d’eau, de cannes de conserves à onglet, de boissons de protéines telles que du Boost et de sacs de couchage et de couvertures en bon état. Quant à Trish Hayes, elle espère que plus de personnes sans-abris veulent fréquenter la bibliothèque. « On travaille vraiment fort à créer un lieu accueillant pour tous et qui agit comme un lieu pour se réchauffer et se refroidir, notamment pendant le temps froid et chaud. »

    Bien qu’il faudra sans doute du temps et des ressources pour trouver les solutions nécessaires aux problèmes des sans-abris, les organismes ne baissent pas les bras et se mobilisent pour venir en aide à un groupe vulnérable qui ne fait que croître.

    Trish Hayes (Photo principale) : Alexandra Snider

    Autres Articles