23 mai 2022

    L’ÉCONOMIE RISQUE DE CHANGER NOTRE VIE !

    Il est difficile de prendre des décisions au niveau économique ces temps-ci. Qu’est-ce que nous réserve l’avenir ? Comment les propriétaires d’entreprise peuvent-ils envisager l’avenir, comme les prochaines commandes, les quantités, etc. ? Ajoutez à tout ça que le cout du litre d’essence changera considérablement le prix de la marchandise ou des services. 

    L’économie semble bien aller malgré la pandémie, mais on entend beaucoup parler d’inflation, c’est-à-dire de l’augmentation des prix à la consommation, notamment de l’énergie, dont l’essence, de l’épicerie et des biens que les fournisseurs ont peine à distribuer. Cette situation se traduit en une amplification des prix. 

    À titre d’exemple, je vous parle de notre entreprise familiale, Kermesse. Après deux ans de pandémie, nous avons opéré à environ 5 % et une bonne partie de nos services devra être retirée. 

    La division des jeux gonflables ne sera pas de retour. Gérer un jeu gonflable, c’est pire que d’avoir une arme à feu en sa possession en Ontario. Pour en faire la location publique, les jeux doivent être inspectés par la province, et il faut avoir un permis d’opération de la province ainsi qu’une assurance. Ça fait deux ans que nous avons annulé les assurances et les permis d’opération. Donc pour relancer les opérations, on parle de plusieurs dizaines de milliers de dollars. 

    Et quand pourrons-nous relancer les activités festivalières sans restriction ? Probablement pas du jour au lendemain. Devant un manque flagrant de motivation, nous ne relancerons pas la location des jeux gonflables. Puisque les règlements sont différents pour les locations privées, comme pour une fête d’enfants, nous allons garder quelques jeux faciles à déplacer. 

    Combien d’entreprises comme la nôtre auront le même réflexe ! Autre interrogation : l’être humain étant une espèce d’habitudes, plusieurs personnes ont gouté aux achats en ligne. On ne le souhaite pas, mais nos pauvres commerçants locaux risquent d’avoir de la difficulté. Les commerces aux détails devront être stratégiques. Déjà qu’ils sont de plus en plus rares à Hearst, il ne faudrait pas en perdre davantage. 

    Le prix de l’essence 

    On n’y échappera pas, le prix de l’essence changera considérablement notre vie. Malheureusement, surtout pour nous à Hearst, à plus de 1000 kilomètres des grands centres, le prix au litre entrainera des conséquences sur toutes les dépenses, l’épicerie en premier ! 

    Personnellement, en septembre 2019, je me suis acheté un beau camion trois quarts de tonne, au gros prix, puisque notre entreprise était en plein essor et le besoin était là. Le problème, cinq mois après l’achat du camion, la pandémie commence. Ce nouveau véhicule n’a eu aucune utilité au cours des deux dernières années. À 1 68.9 $ par litre d’essence pour remplir mon beau camion de gaz, c’est une facture de 180 $ chaque fois. 

    La guerre envisagée en Ukraine ne contribuera pas à baisser le carburant, même qu’il dépassera deux dollars le litre et ce n’est qu’une question de temps ! Quelles sont nos options ? Surtout que dans notre région, nous avons des véhicules très énergivores et c’est sans compter nos bébelles : motoneige, véhicule tout terrain, bateau… 

    Autre préoccupation, la direction de la Banque du Canada songe depuis longtemps à augmenter le taux directeur d’intérêt. Ce ne sera pas des hausses telles que perçues dans les années 80, mais il y aura des choix à faire ! 

    L’important en ce moment, c’est de demeurer solidaire et ne pas oublier que l’achat responsable n’aura jamais été aussi important !

    Photo : gracevineyardvallanta 

    Autres Articles