7 octobre 2022

    3 mythes à déconstruire sur le bénévolat

    Si le monde du bénévolat ne vous est pas familier, il se peut que vous en ayez une perception qui n’est pas conforme à la réalité. Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, qui se déroule du 24 au 30 avril 2022, découvrez quelques mythes à son sujet !

    1. « Seules les personnes sans emploi ou retraitées peuvent faire du bénévolat »

    Plusieurs pensent (à tort) qu’il faut avoir du temps libre à volonté pour faire du bénévolat. En réalité, il est tout à fait envisageable de s’impliquer selon ses disponibilités. Ainsi, vous pouvez donner quelques heures par semaine ou une fin de semaine par année : il y a 1001 possibilités !

    1. « C’est impossible de faire du bénévolat si l’on est obligé de rester à la maison »

    Vous êtes à mobilité réduite? Vous vous occupez d’un bébé ? Vous devez vous isoler de manière préventive à cause de la COVID-19 ? Même si vous êtes contraint de demeurer à la maison pour une raison ou pour une autre, vous pouvez vous impliquer bénévolement, et ce, de plusieurs façons. Vous pouvez préparer du matériel (ex. : trier des dons pour une friperie), faire du mentorat par téléphone, corriger des textes, animer des ateliers virtuels, etc.

    1. « Le bénévolat, c’est uniquement pour aider les malades et les démunis »

    Bien que l’aide aux groupes vulnérables soit indissociable du bénévolat, plusieurs autres domaines requièrent le soutien de personnes généreuses. Il est donc possible, par exemple, de faire du bénévolat pour un centre de recherche, une bibliothèque, un club d’ornithologie, une ligue sportive, etc.

    Pour trouver des offres de bénévolat dans votre région, contactez votre centre d’action bénévole local !

    Autres Articles