TORONTO — Le gouvernement Ford a décidé cette semaine que les personnes travaillant dans des milieux à haut risque comme les travailleurs de la santé et les enseignants qui n’ont pas de raison médicale valable de ne pas être vaccinés contre la COVID-19 devront assister à une formation sur la vaccination. Plusieurs ont des doutes sur l’efficacité de ces séances d’informations.

Les travailleurs des milieux de la santé et de l’éducation, entre autres, qui ne veulent pas se faire vacciner et qui n’ont pas de raison médicale pour un tel refus devront se soumettre à une « session éducative sur la vaccination ».

Questionnés à propos de leur contenu et de leurs effets, les ministères de la Santé et des Soins de longue durée ont fait savoir au Droit que ce sont les milieux de travail qui seront les principaux responsables de la mise en place de ces séances d’information.

« Il appartient aux titulaires de licence de sélectionner ou d’identifier le contenu de leur programme éducatif, d’approuver le contenu et de diffuser le programme », a indiqué un porte-parole du ministère des Soins de longue durée.

Ce sont donc les foyers de soins de longue durée, les hôpitaux, les conseils scolaires et les refuges, notamment, qui choisissent la forme que doivent prendre les formations, que ce soit via vidéos, webinaires ou sites web.

La province demande que le programme éducatif aborde au minimum ces cinq aspects: le fonctionnement des vaccins, la sécurité des vaccins liée à leur développement, les avantages de la vaccination contre la COVID-19, les risques de ne pas être vacciné et les effets secondaires possibles de la vaccination.

Un manque de leadership

« C’est choquant que chaque organisation soit laissée à elle-même sur la façon d’éduquer les gens. Il doit y avoir une orientation de la part du gouvernement », a affirmé la cheffe du NPD de l’Ontario, Andrea Horwath, jeudi.

« Ça se résume au fait que Doug Ford n’est pas un premier ministre responsable, accuse-t-elle. Il n’est pas aussi ferme qu’il devrait l’être, et ça cause un haut niveau d’angoisse. […] C’est un mandat trop peu robuste qui fait en sorte que tout le monde doit se débrouiller pour comprendre comment mettre en place (les programmes d’éducation). » À ses dires, tout le monde doit recevoir les mêmes informations. « Le gouvernement ne veut pas dépenser l’argent, c’est une abdication totale de leur responsabilité. »

« Les formations et le dépistage ne sont pas un substitut à la vaccination », lance le porte-parole en matière de Santé chez les Libéraux de l’Ontario, John Fraser.

Les formations sur la vaccination ne seront pas efficaces, juge-t-il, puisqu’il s’agit de la dernière option pour ces personnes qui refusent de se faire vacciner.

Il estime que le gouvernement devrait préparer les personnes qui refusent toujours la vaccination après les formations à l’éventualité d’être déployés ailleurs au sein de leur emploi, où ils représenteraient un moins grand risque auprès des populations vulnérables. « Les gens ont le droit de ne pas se faire vacciner. Mais les gens qui reçoivent des soins et des services ont eux aussi le droit de savoir si la personne qui prodigue leurs soins ou leurs services est vaccinée ou non. […] »

Pas de données

Par ailleurs, étant donné que le gouvernement laisse la responsabilité aux organismes de gérer les formations sur la vaccination, aucune donnée n’est disponible quant à leur taux de réussite.

Dans les foyers de soins de longue durée, les employés non vaccinés et sans preuve médicale sont tenus d’assister à des sessions d’information sur la vaccination depuis le 31 juillet 2021.

La province n’est toutefois pas en mesure de dire si ces formations sont efficaces ou non.

« C’est inacceptable. Le fait que le gouvernement délaisse ces décisions et le contenu des sessions d’information aux organisations, c’est une abdication de ses responsabilités et un échec de leadership », conclut John Fraser.

Photo: https://www.communiquepr.com/presenting-101-five-tips-to-help-you-nail-your-first-business-presentation/7749/