JOURNAL DU 5 NOVEMBRE 2020 - Non ? Eh bien vous avez de la chance, car Lucie Paquin est toute disposée à vous en parler. Madame a son chalet au bord du lac de la petite communauté de Coppell et y va depuis des années. Ce n’est pas resté sans conséquence puisqu’elle y a trouvé le personnage dont il est ici question. Elle va nous en dire davantage.

LN : Vous venez d’avoir un bébé, semble-t-il ? LP : (Rires) Oui, mon bébé c’est un livre pour mes petits-enfants et tous les enfants, Le Coppellnick.
LN : Comment est né ce livre ? LP : C’est une histoire qu’on racontait depuis plusieurs années au chalet, à Coppell, à nos enfants, nos petits-enfants, puis à un moment donné, j’ai dit pourquoi on n’écrirait pas l’histoire qui est devenue comme une sorte de légende. C’est une histoire inventée pour mes enfants qui ont toujours demandé des histoires avant de se coucher. J’en ai inventé et raconté de toutes sortes. Souvent, on me demandait de nouvelles histoires, donc j’ai développé celle de ce livre-là. LN : Alors, racontez-nous ! LP : Le Coppellnick est une tortue géante de couleur orange flashy, bien gentille parce qu’elle ramène les enfants imprudents ou fâchés, qui se sont éloignés sur le lac à la noirceur, les enfants qui n’écoutent pas toutes les directives.

LN : Quels sont vos projets pour l’ouvrage ? LP : J’envisage de publier une centaine de copies. Mon idée c’était de le faire pour mes petits-enfants, mais je vais le vendre. Je vais envoyer de la publicité un peu partout dans les écoles, parce que l’histoire se passe dans notre région.

LN : J’ai aussi remarqué à la fin des questions… pédagogiques ? LP : Oui, oui. Ça, c’est mon passé d’enseignante qui revient à la surface. Je trouve toujours que c’est intéressant quand les enfants ont des livres à lire, qu’ils puissent répondre aux questions. Donc, c’est déjà fait et pour un enseignant c’est bien. On peut dire aux enfants quand t’as terminé le livre, réponds aux questions. Ça peut servir pour une activité en classe, quand on leur donne de la lecture. Ou bien pour les parents parce que ça aide à s’exprimer et l’autonomie des enfants, c’est bien important.
LN : C’est votre premier livre ? LP : J’ai déjà publié des récits dans un ouvrage collectif aux Éditions David, mais oui, c’est mon premier livre, illustré par ma fille Julie, l’artiste de la famille. C’est son histoire qu’elle a entendue quand elle était jeune. Ce livre, c’est une sorte d’aventure des arts dans la famille. LN : Pensez-vous le rendre disponible en librairie ? LP : Oui, et je vais envoyer de la publicité un peu partout pour faire savoir au public où le trouver. Je dois remettre une copie à Bibliothèque et Archives Canada, je dois aussi faire la même chose à Québec. Je vais faire de la publicité là-bas aussi. J’ai des parents à Québec et j’aimerais qu’ils puissent avoir accès au livre.
LN : Peut-on s’attendre à d’autres productions de vous après celui-ci ? LP : J’ai mon histoire de la radio qui est en chemin, je dois aussi terminer deux ou trois autres histoires, et une espèce de conte historique de la région que j’ai toujours bien aimé. Enfin, on verra, on ne sait jamais. LN : Dans ce cas, bonne continuation et bon succès !