LE VOYAGEUR (Sudbury) – La pandémie a changé nos façons de créer et de diffuser, mais pas l’inspiration créatrice. Le Théâtre du Nouvel-Ontario veut le démontrer en donnant la chance à 12 jeunes de créer leurs propres projets artistiques. Chloé Thériault dit qu’elle ne sera pas la cheffe de la Brigade, seulement une guide.

La Brigade remplace les Théâtreux, une activité qui permettait à des adolescents d’assister aux pièces présentées TNO et d’en discuter à peu de frais. Cette fois, on les fait passer de l’autre côté du rideau pour les inciter à créer eux-mêmes un produit artistique.

À raison d’environ une rencontre toutes les trois semaines au TNO, les adolescents pourront imaginer et préparer leur propre projet artistique qui pourra être présenté au printemps. Le TNO est bien assez grand est les règles sanitaires sont déjà bien en place pour permettre d’assurer la sécurité de tous lors des rencontres en personne. Le théâtre n’est pas le seul art que découvriront et exploreront les jeunes de la 9e à la 12e année. Chloé Thériault a bien l’intention de créer un programme taillé sur mesure pour les élèves qui s’inscriront. «Ça se voit dans le processus d’inscription, il y a bien des questions sur leurs intérêts et les premières rencontres serviront à ça.»

Au cours de l’année, elle sera une sorte de facilitatrice. «Je veux vraiment savoir ce que eux autres ça leur tente de faire, c’est quoi leurs intérêts pour que moi je puisse booker des artistes qui peuvent venir nourrir leurs intérêts.»

L’horaire n’est pas fixe, mais Chloé Thériault compte bien créer quelque chose d’amusant dès la première rencontre avec une prise de photos qui servira à les mettre en vedette sur un semblant de page de magazine.

Pour ce qui est de la présentation finale, les possibilités sont multiples selon ce que les jeunes auront créé. Il faudra simplement suivre les règles en place au printemps.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Voyageur

Élargir ses horizons

Dans les plans de l’animatrice, il y a des rencontres avec des artistes des domaines qui auront été identifiés par les jeunes — certains d’ici, d’autres d’ailleurs —, mais aussi des séances de créations libres en plus des séances régulières. «Je serai présente sur les lieux, alors eux peuvent venir, mais ce n’est pas obligé, et moi aussi je vais me mettre à travailler sur d’autres affaires.»

Elle veut vraiment créer un esprit de collaboration d’égal à égal. «Par exemple, je vais travailler une mise en lecture bientôt, donc [ils seront] mes invités dans le processus parce que c’est moi qui fait la mise en scène. Je les inviterai dans le processus avec moi parce que c’est un show pour les ados. Ils ont une parole, ils ont aussi une vision artistique et c’est valide.»

L’objectif est d’alimenter leur fibre créatrice pour le projet qu’ils voudront préparer et montrer à la fin de l’année. «S’il y en a qui aiment faire des costumes, je vais leur donner du matériel et les outils», donne comme exemple l’animatrice. La Brigade peut ainsi remplacer des activités parascolaires, devenues plus rares en pandémie.

Il faut s’inscrire à la Brigade sur le site web du TNO (letno.ca/brigade). En plus du questionnaire mentionné, les jeunes doivent expliquer pourquoi ils veulent participer en composant un texte de 500 mots ou en enregistrant une vidéo de 2 minutes au plus tard le dimanche 25 octobre. Il y a seulement 12 places de disponibles, alors n’attendez pas trop longtemps!