JOURNAL DU 27 AOUT 2020 - Je suis à Hearst depuis décembre 2018, j’étudie à l’Université en Gestion des entreprises et des administrations. J’avais commencé en Administration, mais j’ai arrêté parce que je l’avais déjà étudiée au Sénégal. Je termine cette année et j’envisage de poursuivre la gestion à la maitrise aussi.

Je suis arrivée en hiver et c’était dur parce que c’est quelque chose de nouveau pour moi. J’étais un peu perdue, mais grâce à des personnes accueillantes qui étaient là et m’ont aidée un peu, je me suis familiarisée, mais ce n’est pas quelque chose qu’on peut accepter comme ça. C’était dur, même si j’étais restée une semaine à Montréal avant ; ici il faisait excessivement froid. Il fallait mettre beaucoup de vêtements, les doubler, faire des choses que je n’avais pas l’habitude de faire. Et c’est vraiment la première fois que je voyais la neige. C’était étrange pour moi, mais j’ai aimé ; c’était quelque chose de magique. Maintenant, ça va quand même.

Je n’ai pas eu de problème pour me loger, j’étais en résidence. J’ai eu l’aide d’une employée, ensuite des étudiants qui étaient là avant toi te donnent des informations, te parlent de la vie ici. Du coup, je n’ai pas eu de problème et même après, pour déménager je n’ai pas eu de problème. J’ai commencé à travailler en février, j’avais déposé des CV un peu partout. Mais les gens, quand ils ne te connaissent pas, ils ne t’embauchent pas facilement. Donc quelqu’un m’a recommandée et j’ai trouvé un emploi.

Ça n’a pas été facile et je n’y arrivais pas au début. Il y a des gens qui avaient des comportements pas trop gentils, mais ça, on en trouve partout. Même au Sénégal, il y a des gens qui sont comme ça. En même temps, il y a des gens qui sont vraiment gentils, qui essaient de te comprendre, de t’accueillir, de te montrer qu’ils t’apprécient comme personne. C’était 50-50. Maintenant, ça va très bien, je me sens comme une Heasrtoise. J’ai fait beaucoup de bénévolat dans la communauté et je fais partie de la chorale. Je connais pas mal de gens, j’habite avec une Canadienne qui m’a vraiment accueillie comme sa propre fille, dans sa propre maison et nos chambres sont face à face. Je me plais vraiment ici, ça va. Je me plais aussi à mon travail parce que j’utilise ce que j’ai appris à l’université. J’aimerais bien rester à Hearst si je peux continuer à travailler.

Comme conseil à une autre Sénégalaise qui voudrait venir ici, je lui dirais de bien s’informer avant de se déplacer. Quand je suis arrivée, je ne comprenais pas bien la vie ici, ni les cours comment ça se passait. Aussi de bien étudier, de se concentrer sur ses études comme nous on le fait. Ça va lui permettre d’être responsable, ce qu’on n’avait pas au pays parce qu’on était toujours derrière les parents. Surtout de ne pas avoir peur de poursuivre ses objectifs, de faire des projets et de les réussir.