Le projet pilote de quatre ans de la navette FLEX soufflera sa première bougie en octobre 2020. Desservant les communautés d’Opasatika à Moonbeam, ce nouveau service de transport en commun accessible a connu une première année en deçà des attentes. Les responsables du projet souhaitaient rejoindre une grande clientèle, mais les données sur les premiers mois de vie de la navette démontrent un manque flagrant de participation. Les citoyens sont maintenant appelés à remplir un sondage afin d’aider le service à devenir une figure permanente dans sa région.

L’agent de développement économique d’Opasatika et Val Rita-Harty et responsable de la navette FLEX, Alain Robichaud, constate que les cibles établies n’ont pas été atteintes jusqu’à présent.

En date de juin dernier, 864 voyages ont été effectués afin de transporter 371 personnes. Ces statistiques ne sont pas suffisantes pour M. Robichaud, qui cherche à inciter davantage le public à essayer le service.

«Nous ne sommes définitivement pas à la capacité à laquelle on s’attendait. Je dirais qu’on est à un quart de la capacité totale [de la navette], se désole-t-il. Ça reste un projet pilote, et nous sommes rendus au moment où on souhaite entendre des gens qui l’utilisent et ceux qui ne l’utilisent pas.»

Identifier les besoins peut assurer la survie

La création d’un service temporaire de livraison d’épicerie durant la pandémie de COVID-19 a été bien accueillie par la clientèle, comme en témoignaient plusieurs utilisateurs le 30 mars sur la page Facebook de l’entreprise.

Cela n’a toutefois pas suffi pour faire bouger considérablement l’aiguille d’utilisation. Ce partenariat avec l’épicier Indépendant Larabie et le Centre de santé de Kapuskasing a permis de faire livrer 169 commandes aux utilisateurs à risque entre le 30 mars et le 26 juin, date à laquelle le service de livraison a dû cesser par manque de personnel.

«On veut améliorer le service et accroître l’achalandage, c’est pour ça qu’on lance le sondage. […] On veut savoir si les gens savent que le service existe, si c’est pratique pour eux, si les heures de service devraient être changées et quelles sont les raisons pour eux de voyager [à bord de la navette].»

Le sondage en question contient aussi des sections portant sur les tarifs et les trajets offerts dans la région desservie.

La COVID-19 ne posera pas problème

Bien que la crise sanitaire mondiale ait compliqué la vie quotidienne des passagers, le projet pilote ira de l’avant tout en se moulant aux directives des autorités en santé publique.

André Robichaud est conscient de l’impact qu’a eu la pandémie sur l’utilisation de la navette FLEX, mais il croit désormais pouvoir maintenir le cap et utiliser le sondage pour améliorer le service de transport.

«On sait que l’achalandage a baissé lorsque la pandémie a débuté, se souvient l’agent municipal. Mais on va s’adapter aux résultats du sondage et essayer de changer les heures [de service], ou peut-être faire la transition vers un service de livraison d’épicerie plus permanent.»

Les utilisateurs de la navette FLEX et les résidents d’Opasatika à Smooth Rock Falls sont invités à remplir le sondage en visitant le site Web de la navette Flex.