TORONTO - Le gouvernement Ford a annoncé, mardi matin, une commission d’enquête indépendante sur les soins de longue durée en Ontario. L’opposition à Queen’s Park, qui demande depuis des semaines que cette enquête soit publique, n’a pas été impressionnée par cette annonce.

« Notre gouvernement a clairement indiqué son intention de revoir le système de soins de longue durée afin de mieux comprendre les répercussions de l’épidémie de COVID-19 et les mesures prises pour y faire face », a déclaré la ministre des Soins de longue durée de l’Ontario, Merrilee Fullerton, dans un communiqué, mardi.

Nulle part n’a-t-il été mentionné que cette commission indépendante sur le système de soins de longue durée sera publique.

« Seule une enquête publique donnera aux résidents et à leurs proches la voix, les réponses, le respect et le changement qu’ils méritent », a tonné la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath, qui demande depuis des semaines que le gouvernement ontarien rende publique et indépendante sa commission d’enquête sur les soins de longue durée.

Lors d’une récente entrevue avec Le Droit, la députée de Hamilton avait fait part de ses craintes face à une enquête gouvernementale non publique. À ses dires, rien n’empêche le gouvernement de mener une enquête biaisée. « Une commission d’enquête indépendante et publique serait la façon la moins partisane de faire les choses. Ça permettrait de ratisser plus large et de trouver des réponses. »

Un peu moins critique envers l’annonce de la ministre Fullerton, le nouveau leader du Parti libéral de l’Ontario, Steven Del Duca, a lui aussi partagé ses inquiétudes dans une déclaration envoyée aux médias. « C’est un progrès, mais je crains qu’une commission n’offre pas au public la transparence que demande cette crise. »

M. Del Duca a également souligné que cette commission d’enquête n’offre « aucune garantie (…) que le public verra le résultat de son travail ».

Malgré les critiques, le premier ministre Doug Ford a assuré que le public aura accès aux résultats de l’enquête. « Tout ce que je verrai, le public verra », a-t-il promis en conférence de presse, mardi, ajoutant que l’enquête sera « entièrement transparente au public ».

**Trop de temps? **

Selon le gouvernement, une enquête entièrement publique prendrait trop de temps et le processus pourrait durer plusieurs années.

« Nous ne pouvons pas perdre de temps », a affirmé la ministre des Soins de longue durée, s’engageant à publier le rapport.

Andrea Horwath n’y croit pas. « Les seules personnes qui disent que cette commission prendrait trop de temps sont le premier ministre et sa ministre des Soins de longue durée. Ça n’a pas à prendre autant de temps », a-t-elle insinué en conférence de presse, ajoutant que « le premier ministre veut contrôler ce que dira ce rapport. »

La ministre Fullerton a indiqué que son gouvernement peaufinera certains détails de la commission, comme « son mandat, sa composition, ses dirigeants et le calendrier de présentation des rapports » au cours des prochains mois.

La commission indépendante sur le système de soins de longue durée en Ontario débutera en septembre.