Le conseil municipal de Kapuskasing a approuvé son nouveau budget pour l’année fiscale de 2020, qui comprendra de grosses dépenses et zéro effet direct sur les contribuables. Le budget d’eau connaîtra une augmentation de 2 %, suivant le plan financier établi pour celui-ci en 2016, mais la Ville est en mesure de maintenir ses impôts fonciers au même niveau pour une quatrième année de suite.

Une stratégie qui rapporte

La Ville de Kapuskasing enchaîne des années fiscales sans augmentation de taxes depuis 2016, grâce à une nouvelle stratégie fiscale qui est en place depuis presque aussi longtemps. En ne dépensant que le surplus datant d’il y a deux ans ou plus, la municipalité se bâtit une réserve d’argent pour financer et lancer des projets sans qu’il n’y ait d’impact sur les citoyens.

Le maire de Kapuskasing, Dave Plourde, est fier de pouvoir dire qu’il y aura plusieurs projets capitaux en marche et aucune augmentation des taxes.

«Je pense qu’on a réussi à maintenir le statu quo tout en ayant des dépenses de plus de 10 millions $ dans ce budget pour des projets capitaux, explique l’élu de longue date. Ça démontre la responsabilité fiscale qu’on a travaillé fort pour établir.»

La remise à neuf de l’autoroute 11 entre la rue Gurney et l’avenue La Salle ainsi que la rénovation des ponts situés à l’ouest de la municipalité figurent parmi les grosses dépenses prévues pour la prochaine année.

Petite hausse du budget d’eau

Le directeur général de la municipalité, Guylain Baril, explique que l’augmentation de 2 % du budget d’eau n’aura que des impacts minimes sur le contribuable moyen.

«En assumant que la consommation ne change pas, la facture de tout le monde augmentera de 2 %, explique l’administrateur. Cette hausse est plus facile à calculer puisque les gens peuvent le faire eux-mêmes en prévoyant leur consommation d’eau.»

En moyenne, les tarifs grimperont de 2,73 $ par mois par maison. Pour ce qui est des égouts, la situation peut différer d’un domicile à l’autre.

À la quatrième année d’une période de transition de cinq ans, les taux changeront davantage en raison du nouveau système de facturation qui se base désormais plus sur la consommation que sur l’évaluation foncière d’une propriété.

«Ça, c’est un peu plus compliqué à calculer, indique M. Baril. Par exemple, si quelqu’un a une propriété avec une évaluation foncière très haute, mais une très basse consommation, la transition est en sa faveur. Le contraire serait possible aussi lorsque quelqu’un a une petite évaluation, une grosse famille et une importante consommation. Cette transition rendra les choses plus pénibles.»

Ces modifications, imposées par la province, ne servent qu’à reformuler les factures d’égouts, ce qui veut dire que Kapuskasing n’obtient pas de revenus supplémentaires. La Ville recommande au public de visiter les bureaux municipaux pour obtenir de l’aide à ce sujet et plus d’information concernant le nouveau budget.