TORONTO - Cinq nouveaux cas de coronavirus ont été déclarés en Ontario, portant le nombre de cas dans la province à 41. L’un de ces nouveaux patients pourrait être le premier cas de propagation communautaire au Canada.

Un patient de Sudbury s’est rendu à un congrès de l’industrie minière rassemblant 25 000 personnes de partout dans le monde à Toronto, le 2 mars dernier. Les autorités tentent de déterminer si c’est bel et bien à cet endroit qu’il a contracté le virus.

L’homme, dans la cinquantaine, s’est présenté à l’hôpital cinq jours après l’événement.

Une médecin oncologue de Hamilton fait également partie de ces cinq nouveaux patients. De retour d’un voyage à Hawaï, elle a été en contact avec des patients atteints du cancer et du personnel hospitalier. Il s’agit du premier cas ontarien qui implique un professionnel de la santé.

Toutes les précautions appropriées ont été prises par la patiente et par le personnel de l’hôpital qu’elle a fréquenté, ont affirmé la médecin hygiéniste en chef de Toronto Eileen de Villa et la médecin hygiéniste en chef adjointe de l’Ontario, Barbara Yaffe, en point de presse, mercredi après-midi.

Les trois autres nouveaux patients, dont un Ottavien, ont aussi déclaré avoir récemment voyagé.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré mercredi qu’elle considère maintenant la crise du coronavirus comme une «pandémie», un mot à ne pas utiliser à la légère, comme l’a affirmé le directeur général de l’organisme, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. CONFUSION AUTOUR DE LA DÉFINITION D’UNE «PROPAGATION COMMUNAUTAIRE» Pour identifier un cas de la COVID-19 comme en étant un de «propagation communautaire», il faut que la source de contamination soit absolument impossible à identifier.

Or, dans le cas du nouveau patient sudburois qui s’est déplacé à un congrès ayant eu lieu à Toronto, les autorités médicales ontariennes ne peuvent pas encore confirmer la manière dont il a contracté le virus. Ceci étant dit, les Dres de Villa et Yaffe ne parlent tout de même pas d’une propagation communautaire. « l est fort probable que ce cas ait été contracté lors du congrès», soutiennent-elles.

LES CHEFS D’OPPOSITION RÉAGISSENT AU PLAN DU GOUVERNEMENT Le gouvernement Ford et le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, ont rencontré tous les chefs d’opposition de la province après la période de questions, mercredi, pour leur offrir une mise à jour.

La néo-démocrate Andrea Horwath a affirmé à sa sortie de la réunion qu’elle aimerait plus de transparence de la part du gouvernement ontarien, notamment à propos de son plan pour la population. Depuis le début de la crise, elle demande quotidiennement au premier ministre Doug Ford de rétablir les congés maladie payés et d’abolir le droit qu’ont les employeurs d’exiger un billet médical lorsque l’employé prend un congé maladie.

Le porte-parole du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser, a pour sa part indiqué qu’il était satisfait de la mise à jour du gouvernement et qu’il a confiance envers le plan proposé par la ministre de la Santé, Christine Elliott. Le député du Parti vert ontarien Mike Shreiner a fait écho de cette déclaration.