Le Foyer des Pionniers, l’Hôpital Notre-Dame et l’Équipe de santé familiale ont approché le Collège Boréal afin de tenter de trouver des solutions pour combler la pénurie de préposés aux soins personnels qui sévit un peu partout, mais tout particulièrement à Hearst.

« On regardait un nouveau mode de livraison parce qu’on a de la difficulté à recruter pour le programme à temps plein. Probablement que les gens hésitent à laisser leur travail pour les études à temps plein, car souvent ce sont des adultes qui suivent ce programme », explique Michelle Lebel, directrice des campus de Hearst et Kapuskasing au Collège Boréal.

Pour répondre au besoin, le Collège propose une formule innovatrice à temps partiel, à raison d’une journée de cours par semaine pendant 52 semaines, en face à face. Les gens pourront donc continuer à travailler tout en étudiant, ce qui offre une alternative au format typique de deux semestres à temps plein. Le cours commence le 1er avril 2020 et va jusqu’en mars 2021, les mercredis. Les stages seront effectués au Foyer des Pionniers. Les frais sont répartis sur l’année. Ce nouveau cours est offert à Hearst seulement, mais étant sur juste une journée par semaine, il sera promu jusqu’à Greenstone, Hornepayne, etc.

Pour offrir le cours, le chiffre magique est de dix participants minimum, idéalement autour de 15. Il est aussi possible de faire la reconnaissance des acquis, cas par cas. Le programme cible les gens de tout âge, souvent pour une deuxième carrière ou suite à une expérience de vie qui ouvre la voie à ce genre de travail. Les milieux de travail par la suite sont variés, soit au Foyer, à l’Hôpital, à la Croix-Rouge, aux soins à domicile, dans un foyer de groupe ou dans des maisons privées.

Une deuxième option reste disponible pour des candidats ayant un diplôme dans un domaine relié à la santé, par exemple ambulancier, hygiéniste dentaire et en soins infirmiers. Une fois embauché par un organisme, le dossier est passé au Collège afin de s’assurer que la personne qualifie ; elle peut alors participer à ce qui s’appelle « le 32 heures de bootcamp ». Une deuxième cohorte commencera à la fin février/début mars, selon la demande, pour cette équivalence condensée.

Ce cours était un projet pilote offert en collaboration avec le RLISS offert à Hearst, Kapuskasing, Nipissing et Sudbury. L’initiative ayant été un succès, l’expérience se répète. Il sert aussi aux immigrants qui ont une formation en santé, mais pour qui l’équivalence ne s’applique pas au pays. C’est une façon de joindre le marché du travail, et par la suite pouvoir décider s’ils retournent faire des études canadiennes additionnelles. « Pour être préposé aux soins personnels, il faut aimer travailler avec les gens, particulièrement les personnes âgées. On offre des cours en soins palliatifs, sur la démence, et pleins de belles choses. Souvent, ce sont les préposés qui vont remarquer les changements dans la santé des patients, puisque c’est eux qui les aident à se laver, se nourrir, et se vêtir, entre autres. Ils peuvent donc rapporter avec l’observation, ce qui est très valorisant. Le côté humain est très important dans ce domaine. »

Si les gens sont intéressés, mais encore incertains, le Foyer des Pionniers offre des options d’observation en milieu de travail où il est possible de voir c’est quoi le travail « sur le terrain ».