Une cinquantaine de personnes se sont déplacées vers l’amphithéâtre de l’Université de Hearst le mercredi 29  janvier pour la présentation officielle d’une série de six vidéos portant le titre Notre Forêt, Notre Avenir.

Le président, Conrad Morin, ainsi que Gilles Matko, Marc Johnson et Joshua Breau sont des membres du comité de citoyens de Hearst et employés du ministère des Richesses naturelles et des Forêts qui étaient sur place pour présenter le fruit du travail des sept dernières années.

Les vidéos constituent le résultat concret d’un projet proposé par Louis Corbeil, ancien employé du ministère et membre du comité. Son but était de créer quelque chose pour éduquer les enfants et la population en général sur ce qui se passe dans nos forêts, à caractère bilingue, pour les deux comités du district. « Le projet a débuté en 2013 et devait être échelonné sur cinq ans. Patrimoine Canada et le ministère des Richesses naturelles et des Forêts ont contribué un total de 75 000 $ envers la création des vidéos. Il était prévu que le projet soit assemblé par les membres des deux comités de citoyens, mais ils se sont vite rendu compte qu’ils n’avaient pas le temps, ni le personnel ou l’expertise pour le terminer. À la suite d’une rencontre, les thèmes ont été définis et une compagnie de Timmins, Casa di Media, fut embauchée pour filmer et monter les vidéos. Ces gens ont fait un travail exceptionnel », explique M. Morin.

Les six thèmes/vidéos choisis sont :

  1. De la graine à la forêt
  2. La plantation
  3. Les opérations d’été
  4. Les opérations d’hiver
  5. La transformation de l’arbre
  6. Aménagement forestier

Les vidéos sont bilingues : quand les gens parlent français, les sous-titres sont en anglais, et vice versa. Les entrevues furent menées par Joshua Breau et Marc Johnson, de manière informelle et sans script.

« Toutes les compagnies qui sont mentionnées nous ont appuyées à 100 %. Ça a été vraiment plaisant. Une chose intéressante est que la compagnie Casa di Media, elle, n’avait aucune connaissance de ce qui se passe en foresterie, donc plusieurs questions et discussions viennent de la perspective de quelqu’un qui ne connait rien et qui veut apprendre », affirme M. Breau, employé du ministère qui a aussi été planteur d’arbres pendant plusieurs années.

Pour Marc Johnson, ancien employé du ministère, « la collaboration qu’on a eue était phénoménale : des entreprises, de La Maison verte, de Hearst Forest Management et de plusieurs autres. On n’aurait pas pu faire ce projet sans tous ces individus. Le focus porte sur le profil des gens, pas seulement sur la technologie. On a eu beaucoup de plaisir à faire ces rencontres. »

Les films durent tous de 15 à 20 minutes. Mais pour chacun, on compte entre 6 et 8 heures de tournage. La passion des divers opérateurs est rendue évidente, tout comme leur profond respect pour l’environnement. Les règles qui protègent l’environnement et l’évolution de l’industrie forestière sont démontrées par les gens à travers les extraits vidéos et l’humour.

Les vidéos seront présentées aux jeunes dans les écoles. La grève de zèle a changé les plans, mais le tout est simplement remis à plus tard.

« Les vidéos ont déjà été relâchées dans le sud de la province. Le but est vraiment de diffuser dans les bibliothèques locales et des écoles. On souhaite qu’avec les connaissances partagées, et le fait que la planète est tellement petite maintenant, que les gens vont en parler et partager. On est aussi en contact avec d’autres organismes forestiers, et tout le monde nous dit que c’est formidable », dit M. Morin.

Deux des personnes vedettes des vidéos sont décédées depuis le tournage, soit Marco Labrecque de Kapuskasing en 2018, et Brad Ekstrom de Hearst en 2019. Un hommage leur est rendu.

De manière plus large, le comité de citoyens reste une énigme pour plusieurs personnes de la communauté. M. Morin en a profité pour expliquer son fonctionnement afin d’élucider la question. « Il est composé de membres de la communauté, du domaine de la foresterie et du ministère qui se rassemblent huit fois par année, soit une fois par mois, de septembre à mai, pour discuter de tout ce qui se passe dans la forêt de Hearst. C’est un comité-aviseur qui conseille le gérant du district sur la façon que les citoyens voient la gestion de nos forêts. »

Une loi fut votée en 1996 afin de créer un tel comité dans les diverses régions de la province. Pour notre district, il y a deux comités de citoyens, soit un à Hearst et un à Kapuskasing. Celui de Hearst a quelques années de plus à son actif, ayant été créé en préparation de cette loi qui s’annonçait à l’horizon. Les vidéos sont disponibles sur la page web du comité de citoyens, soit hearstlcc.com, ainsi que sur la page Facebook intitulée Notre Forêt, Notre Avenir / Our Forest, Our Future.