En amont du Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes qui aura lieu les 16 et 17 juin 2020 une rencontre entre une cinquantaine de jeunes Québécois et Franco-Canadiens s’est déroulée en fin de semaine à Québec. Une façon pour le gouvernement du Québec d’écouter sa jeunesse et celle de ses voisins provinciaux.

À l’initiative du Centre de la francophonie des Amériques (Centre) et de la Fédération jeunesse canadienne-française (FJCF) avec le soutien du Secrétariat aux affaires canadiennes et LOJIQ (Les Offices jeunesse internationaux du Québec), la rencontre servait à permettre à des jeunes faisant partie de la FJCF de rencontrer des homologues du Québec. Ils étaient en quelque sorte des sherpas en vue de la rencontre de juin, qui réunira à Québec 300 leadeurs issus des francophonies canadiennes et québécoise. Pour la fin de semaine, ces jeunes représentaient chacun un organisme membre de la FJCF, alors que le Centre qui avait sélectionné les participants québécois.

Pour l’avenir «C’est vous qui allez décider si on continue de parler français. Vous êtes une force présente et vous êtes aussi l’avenir.» C’est en ces termes que le président du conseil d’administration du Centre, Michel Robitaille, rappelait la réflexion qui avait mené à la création de celui-ci en 2008, lors de l’ouverture de la rencontre. Il faut que les jeunes s’expriment, qu’ils disent les pistes qu’on doit suivre a mentionné celui qui fut aussi le premier PDG du Centre. Avant de prendre la parole le samedi matin, les jeunes francophones ont eu l’occasion d’entendre également Mathieu Lévesque, député et adjoint parlementaire de Sonia Lebel, la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne. Et Benoît Pelletier, professeur titulaire à l’Université d’Ottawa et fondateur du Centre, qui était le conférencier invité lors de la soirée de vendredi. Ce dernier n’a pas manqué de mentionner certaines paroles de Louis-Hyppolite Lafontaine, politicien québécois qui siégea au sein du parlement de la province du Canada uni dans lequel on interdisait le français. Or, le 13 septembre 1842, à l’occasion de son premier discours, au moment où on lui demande de parler en anglais, Lafontaine rétorque qu’il n’en fera rien : «Je le dois à mes compatriotes. Je le dois à moi-même.»

Combler le fossé Ceux qui portent «le flambeau de la francophonie au Canada», comme le rappelait Mathieu Lévesque, ont donc pris la parole toute la journée de samedi. En petits comités, ils ont tout d’abord échangé sur leurs réalités. Par la suite, certains thèmes comme la valeur ajoutée du français ou encore certaines actions menées par les différents conseils jeunesse au Canada ont été à la fois débattus, mais surtout partagés. La présidente de la FJFC, l’Acadienne Sue Duguay, s’est dite «éblouie» par ce qu’elle a entendu au cours du weekend. Selon elle, en partageant sur leur vécu, les participants ont eu «une meilleure compréhension de ce qu’est la francophonie». Elle a apprécié la curiosité des gens.

L’union fait la force De son côté, Taylor Morrison, présidente de l’Association jeunesse fransaskoise, faisait le parallèle entre la francophonie canadienne et un casse-tête. «Une seule province ou un seul territoire, ça peut pas être suffisant; il faut que toutes les pièces soient là.» Elle a souligné chez les jeunes participants présents le besoin d’être uni et «de changer la manière de penser» quand on parle de francophonie entre le Québec et le Canada. «Je m’attendais à ce qu’il y ait plus de tension. Mais très rapidement, on a pris conscience qu’on avait besoin d’ouverture, d’entraide.» Noah Rondeau est le président du Conseil jeunesse de la Colombie-Britannique. «On a appris à se connaitre.» En spécifiant que la francophonie est encore toute jeune «et très diversifiée» dans sa province, il souhaitait mettre de l’avant lors de deuxième partie de l’évènement «notre expertise en matière de construction identitaire». L’étudiant en ingénierie électrique à l’Université de Victoria estime que le défi «est d’offrir à tout le monde, francophones et ceux en immersion, des activités qui vont rassembler.» Évidemment, tous les gens réunis dans la capitale du Québec avaient évidemment un intérêt pour la francophonie. Les jeunes présents sont déjà tous engagés ou ont à cœur la francophonie. Difficile de trouver quelqu’un qui va parler d’assimilation, même du côté québécois. Charles-Henri Lagacé est étudiant en éducation à l’Université de Sherbrooke. Cet ancien du parlement jeunesse de la FJCF croit qu’il faut «reconnaitre les spécificités de chacun afin d’être inclusifs.» Selon lui, la rencontre de Québec aura permis, notamment aux Québécois «de prendre conscience qu’on est privilégiés.» Que tous les francophones au Canada n’ont pas nécessairement le loisir de faire leur épicerie en français. Cela étant, comme l’a rappelé fort justement Sue Duguay, «peut-être qu’il existe un fossé entre les francophones au Québec et hors Québec, mais à partir du moment qu’on réalise qu’il y a un fossé, c’est déjà un plus!»