Le gouvernement et la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEÉSO) ne sont pas parvenus à s’entendre avec le gouvernement avant l’heure butoir de minuit.

Sur la photo, on peut y apercevoir, les employés des écoles de Hearst en mode piquetage devant le Centre récréatif Claude-Larose. Ce qu’on entend des manifestants, le gouvernement n’aurait présenté aucune nouvelle proposition au cours des quatre derniers jours de négociations.

La FEÉSO prétend se battre contre les coupes du gouvernement de Doug Ford et l’augmentation de la taille des classes.

Du côté du ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, il est persuadé que le conflit de travail porte plutôt sur les salaires, le syndicat réclamant des augmentations supérieures à la hausse de 1 % par année prévue dans la loi provinciale.

Rappelons que le syndicat demandait une augmentation de salaire indexée sur l’inflation d’environ 2%, tandis que le gouvernement a adopté une loi afin de plafonner les augmentations annuelles à 1 % pendant trois ans pour tous les employés du secteur public.

En entrevue dans d’autres médias aujourd’hui, le ministre de l’Éducation a ouvertement critiqué les syndicats d’intensifier la grève alors que le gouvernement est revenu sur certaines mesures, comme sur la décision d’augmenter le nombre d’élèves par classe à 25 plutôt que 28, et le recul partiel sur les cours obligatoires en ligne au secondaire.

Les étudiants seront de retour en classe dès demain partout dans le nord de l’Ontario. D’autres moyens de pression devraient être annoncés au cours des prochains jours si les négociations n’évoluent pas.