Pour trois jeunes de Hearst, une grande aventure en aide humanitaire s’en vient. Hanna et Cloé Côté-Veilleux ainsi que Emily Thibodeau, 17 ans, iront passer deux semaines au Ghana, en Afrique. Du 15 au 30 décembre, les adolescentes iront travailler dans un hôpital.

Le voyage humanitaire effectué avec l’école l’an passé en République dominicaine les a inspirées, et elle voulait en faire un autre. À travers internet, elles ont trouvé Volunteer World, et ensuite Dream Care Africa. Comme elles comptent poursuivre leurs études en sciences (Cloé en radiologie, Hanna en médecine avec Médecins sans frontière, et Emily encore en réflexion), le contexte hospitalier était un environnement propice et intéressant.

« On s’en va à Accra. C’est la capitale du Ghana, donc c’est moins pauvre, mais le système de santé a besoin de beaucoup d’aide et d’amélioration », dit Emily. Elles doivent payer le voyage de leur poche pour les billets d’avion — qui sont déjà achetés — et les frais sur place, comme la nourriture et les activités. Une collecte de fonds est organisée pour aider Cloé et Hanna au www.gofundme.com/f/voyage-humanitaire-a-ghana-dream-africa-care. Leur objectif est de 4 000 $.

Elles vont travailler ensemble dans la pouponnière pendant leur première semaine et voir quel département les intéresserait pour la seconde. Les fins de semaine sont libres, et la fondation organise des activités pour les bénévoles. Le programme est ouvert aux 17 ans et plus de partout dans le monde. Une maison des bénévoles est disponible, avec des cuisiniers.

Le voyage en République dominicaine l’an passé les a déjà changées. « On apprécie plus, comme une toilette qui marche, de l’eau chaude dans la douche… On fait plus attention pour ne pas gaspiller l’eau. Le Ghana va nous changer aussi surement », affirme Cloé.

Malgré certaines craintes par rapport à la sécurité, elles sont très excitées à l’idée de l’aventure, de l’autonomie puisqu’elles voyagent sans leurs parents, et de la chance qu’elles ont de pouvoir rendre service. Noël risque d’être un peu différent et elles ont hâte de découvrir la culture, les traditions et la nourriture. La fondation invite les participants à apporter des fournitures scolaires, des jouets, des vêtements ou autres pour l’orphelinat local. Comme elles apportent seulement un bagage à main pour faciliter la transition entre les vols Timmins-Toronto-Washington-Accra, elles explorent les options pour le reste.

« Certaines personnes sont contre ça. Elles se demandent pourquoi on irait aider dans d’autres pays quand y’en a qui ont besoin d’aide ici. Mais nous, on adore voyager, et si on voyage et on aide, on peut faire une petite différence et vivre des expériences de vie », renchérit Emily.

Elles vont manquer une semaine d’école, mais leurs professeurs sont au courant et les ont vivement encouragées dans leurs démarches.

En ville, ça a été plus compliqué, car plusieurs ne les prenaient pas au sérieux. « On entend dire que les jeunes ne s’impliquent pas puis ils sont comme ci ou ça. Mais on n’est pas tous dans le même bateau. Il y en a qui veulent faire une différence », conclut Emily.

« On est très fiers. Les filles sont courageuses, aventurières, et même si on avait dit non, elles seraient allées pareil. Ce sont des jeunes comme ça qu’il nous faut comme modèle. Ce n’est pas juste leur téléphone, la drogue, et d’autres affaires comme ça, les jeunes », déclare Chantal Côté, mère de Hanna et Cloé. Les trois s’entendent pour dire que leurs parents ont toujours été très présents et impliqués dans leur vie, ce qui leur donne un sentiment de sécurité et de confiance. Des belles valeurs et des bonnes intentions : de quoi inspirer les jeunes, et les moins jeunes.