Originaire de Hearst, Yuk-Sem Won représentera le Nouveau Parti démocratique pour la circonscription de Thunder Bay-Rainy River lors des élections fédérales du 21 octobre prochain. Mme Won a remporté la candidature du parti à la suite d’élections qui ont eu lieu au courant du weekend du 1er juin.

« C’est super ! Je suis vraiment excitée de pouvoir ajouter mon nom et essayer de faire une différence pour la population. »

Mme Won déclarait se présenter en politique afin de pouvoir donner une meilleure représentation des gens. Selon elle, le NPD est un parti qui demeure à l’écoute des gens « de tous les jours ». La nouvelle candidate néo-démocrate souligne aussi le fait que des décisions sont prises, par certains députés, sans qu’il y ait de consultation préalable avec leurs électeurs. Des décisions, selon elle, qui vont souvent à l’encontre des demandes de la population.

« Depuis toujours en politique, en campagne électorale », affirme-t-elle, « plein de promesses vides sont prononcées et quand vient le temps d’agir, les paroles s’envolent. Ça, je ne comprends pas et c’est pour cela que je veux apporter une mentalité communautaire, non seulement pour Thunder Bay-Rainy River, mais pour tout le Nord. »

Avec quelques mois avant l’élection pancanadienne, Mme Won compte rendre visite aux communautés regroupées par la circonscription de TB-RR afin de se mettre à jour, de constater les différentes réalités.

« L’important, c’est d’aller rencontrer les gens », dit-elle, « même dans les petites communautés. D’aller leur parler et de dire “oui, votre réalité est tout aussi importante” et de leur demander de quelle façon le gouvernement fédéral peut offrir son support. »

Une nouvelle tête occupera le rôle de député, puisque le libéral Don Rusnak, élu en 2015, ne se représentera pas. Concernant ses opposants, la candidate néo-démocrate ne s’inquiète guère. Elle devra s’engager dans la compétition avec Linda Rydholm, candidate conservatrice et avec un représentant libéral qui tarde à être sélectionnée.

« Je pense que j’ai de bonnes chances de recruter et mobiliser les gens pour un changement », affirme-t-elle. « Les libéraux ont eu une chance ces derniers quatre ans. M. Rusnak n’a pas été très présent au sein des communautés, selon ce que les gens me disent : “on ne le voit pas, il ne se présente pas aux évènements, nous n’avons pas d’opportunité de lui parler”. »

Quant au parti conservateur, lance-t-elle en échappant un rire, elle a confiance que les gens du Nord « réalisent que tout comme au palier provincial, les fédéraux ont une mentalité qui ne fit pas avec la région ».