Relativement loin de nos yeux, les pieds sont assez souvent oubliés quand nous parlons de soins du corps. Pourtant, faute d’en recevoir, ils peuvent nous jouer de bien mauvais tours, et même nous empêcher de danser en rond ! À l’Équipe de santé familiale, Christiane Groleau est l’infirmière responsable des soins dans ce domaine, ce à l’usage de tous. Le Nord l’a rencontrée à l’occasion de la Journée mondiale de la santé du pied qui tombait le 9 juin dernier.

Le petit problème est que le service compte déjà 200 bénéficiaires et n’est ouvert que le lundi, acceptant seulement 9 à 14 clients sur rendez-vous. Il y a une priorisation des cas en faveur des personnes souffrant du diabète, ayant des ongles à problèmes, ou à risque de développer un ulcère ou des cors. Toutefois, il est aussi possible de trouver ces soins auprès d’autres personnes offrant leurs services à domicile. Le coût a souvent été un facteur problématique, selon madame Groleau, depuis que la subvention a été coupée, résultant en un manque d’accès pour certaines personnes qui font alors passer cette partie du corps à l’arrière-plan.

Les cas les plus courants concernent les personnes incapables de se couper les ongles inversés à bouts ronds, souvent héréditaires, qui descendent sur les côtés, ou les ongles incarnés suite à une infection, les problèmes de peaux cornées, les différents cors et ampoules. Sans compter l’âge qui ralentit l’irrigation du sang dans les ongles qui deviennent épais et moins flexibles, occasionne aussi des douleurs aux jointures empêchant quelqu’un d’atteindre ses propres pieds, même situation d’ailleurs avec l’excès de poids, en tête de liste dans notre communauté, et il y en a de plus en plus, à divers âges.

Si la situation se complique, par exemple pour un ongle incarné qu’on ne peut atteindre, la personne est référée au médecin qui pourrait devoir opérer, idem pour un diabétique qui ne cicatrise pas. L’une des mesures de prévention, c’est d’évaluer régulièrement les pieds en notant la couleur de la peau, la forme, l’existence de points de pression et les sensations au niveau des terminaisons nerveuses. En effet, les diabétiques ont souvent des problèmes de neuropathie, ce qui diminue les sensations et la circulation sanguine.

Ils peuvent donc ne pas se rendre compte d’une blessure, risquant ainsi une infection non découverte qui peut mener à une amputation. Au service de soins des pieds, tous les efforts de prévention sont faits pour les diabétiques en particulier, explique Christiane Groleau, mais c’est aussi leur responsabilité de vérifier l’état de leurs pieds dessus, dessous et entre les orteils sur une base quotidienne, la couleur de la peau, et aussi ne jamais marcher nu-pieds. Faire attention aussi à la forme du pied pour rapidement détecter les enflures qui fragilisent la peau. Il faut également rester vigilants et éviter que la peau soit trop sèche en utilisant une crème, pour prévenir le psoriasis, et empêcher l’humidité entre les orteils, bien sécher les fentes, pour contrer le pied d’athlète. Les mycoses des ongles (champignons) sont très fréquentes aussi et réclament souvent une médication.

Les pieds parcourent une distance égale à trois fois le tour du monde au cours d’une vie, souligne Christiane Groleau, supportant des tonnes au passage. Ils méritent donc notre attention et nos soins, en commençant par la marche avec des chaussures appropriées et les exercices recommandés par Vieillir chez soi, par exemple. Car, qui veut aller loin ménage sa monture.