L’un des charmes de l’été c’est de pouvoir, finalement, s’occuper de son petit jardin, qu’il soit de fleurs ou de différents légumes. La Municipalité a donc mis à la disposition des gens, entre le Club Action et la Mattawishkwia, vingt rangs de terre et dix bacs surélevés, ces derniers destinés aux personnes à mobilité réduite.

Auparavant, ce jardin communautaire fut une initiative du Club Action, du temps où il avait aussi un local à Louisbourg. Depuis environ quatre ans, la Ville continue le programme et prend en charge les différents couts liés à l’activité (terre noire, eau d’arrosage pompée de la rivière).

Cela nécessite également une bénévole, en la personne de Caroline Drouin, pour la coordination nécessaire avec les abonnés qui paient 10 dollars l’an (pour les piquets faits par la menuiserie), afin que tout le monde en profite valablement. Elle est donc notamment chargée d’appeler les concernés pour les informer de la disponibilité de l’eau dans le réservoir, ce pour l’arrosage des pousses aux moments opportuns. Chaque personne n’a droit qu’à un rang ou un bac, mais si un espace devient vacant, madame Drouin s’assure de le proposer à d’autres gens.

L’un des abonnés, Réal Caron, s’occupait de son jardinet le matin du 19 juin dernier. Pourquoi en avait-il un ? « Pour le fun, pour m’amuser !, nous a-t-il dit. Je fais ça depuis que j’ai arrêté de travailler, depuis 15 ans. J’ai été élevé avec ça. J’ai planté toutes sortes d’affaires : des carottes, du chou, des oignons, des concombres, des radis, des patates. La salade n’a pas poussé, alors il faut que j’ressème. Quand je récolte, j’en mange, j’en donne. L’année passée, j’en ai eu plus que j’ai mangé, des zucchinis longs de même, et je mets pas ben ben d’engrais, la terre noire ça n’a pas besoin d’engrais. »

Que Dame Nature soit clémente pour tous les jardins !