Le Quebec Community Groups Network fourbit ses armes. Le gouvernement du Québec interdirait à ses membres le port de signes religieux, brouillerait l’accès aux services sociaux et de santé en anglais, et voudrait abolir les commissions scolaires. Le 17 juin, les 60 membres associatifs ont adopté un plan de résistance.

«Le programme du gouvernement constitue une attaque contre les droits de notre communauté», a déclaré le président du Quebec Community Groups Network (QCGN) Geoffrey Chambers, après avoir évoqué le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. «Ceci constitue un énorme bond en arrière au moment où nous devrions plutôt célébrer notre dualité linguistique.» La goutte qui a fait déborder le vase est la décision du ministère de l’Éducation, le 11 juin, de forcer pour septembre prochain le transfert de trois écoles anglaises vers une commission scolaire francophone de Montréal. Il manquerait quelque 3000 places à la Pointe-de-l’ile, là où plusieurs écoles de langue anglaise seraient «presque à moitié vides». Le ministre Jean-François Roberge a invité les communautés à «s’élever au-dessus d’un débat partisan ou linguistique». Mais la promesse électorale de la Coalition avenir Québec d’éliminer la gouvernance scolaire générait déjà une tension.

Une coalition annoncée avec l’AFO et la SANB Avec l’appui d’une centaine de personnalités publiques, quelque 25 groupes de la société civile ont lancé, fin avril, l’Alliance pour la promotion de l’enseignement dans les écoles publiques de langue anglaise au Québec. «Notre communauté est vivement préoccupée par l’intention déclarée du gouvernement d’abolir les commissions scolaires et leurs élections, affirmait alors le président de l’Alliance, Geoffrey Kelley. Cette loi serait en préparation sans une participation officielle de la communauté d’expression anglaise.» Le QCGN s’est trouvé des alliés en milieu minoritaire. Le 17 juin, il annonçait la création d’une coalition avec l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB). Selon le président Chambers, les groupes de pression travailleront ensemble à des causes communes, notamment lors des élections fédérales de cet automne. «Nos trois communautés de 1,9 million de personnes représentent 89 % des Canadiens vivant dans les communautés de langue officielle.» L’AFO a confirmé par courriel : «Une annonce formelle avec les détails du protocole d’entente sera faite d’ici quelques semaines.» Interrogée, la SANB n’a pas attesté sa participation.

L’intention de contester devant les tribunaux Le QCGN a signifié en avril son intention de contester devant les tribunaux le projet de loi visant à éliminer les commissions scolaires. Fondée en 1929, la Quebec English School Boards Association réunit dix membres comptant 340 écoles et quelque 100 000 élèves. Toutefois, le Programme de contestation judiciaire a refusé sa requête de financement en vertu des droits constitutionnels de gestion scolaire. «Nous avons compris que notre demande était prématurée puisque la législation n’a pas encore été présentée, a signalé la directrice des communications, Rita Legault. Nous allons donc rappliquer quand la situation aura évolué.»

Une place à la Conférence ministérielle d’Iqaluit? Le lobby québécois souhaite participer, exceptionnellement, à la prochaine Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, à Iqaluit, les 27 et 28 juin. Le QCGN ne demande pas un statut officiel, selon le président. «Nos confrères des organismes francophones ont demandé un statut à la Conférence pendant 20 ans, note Geoffrey Chambers. Depuis quelques années, ils sont invités dans le même lieu pour avoir des contacts au niveau social, mais sans participation aux réunions formelles. Ça leur donne l’occasion de présenter leur cas.» Le groupe souhaite obtenir cette opportunité. «La Conférence porte sur les communautés de langue officielle. Nous nous considérons des défenseurs des francophones. On voudrait qu’il soit aussi question de nous. Mais on nous a refusé un statut d’observateur.»

La FCFA «toujours invitée» à la soirée culturelle «La Conférence n’est pas un évènement ouvert au public, explique la coordonnatrice nationale, Sylvie Painchaud. C’est une table intergouvernementale autour de laquelle les ministres échangent de bonnes pratiques.» Elle précise que la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est «toujours invitée» à la soirée culturelle de la conférence. À l’occasion du 25e anniversaire, une session serait prévue cette année pour permettre à l’organisme de «présenter sa vision d’avenir pour la francophonie canadienne». Sylvie Painchaud rappelle le rôle de la FCFA comme porte-parole de la francophonie auprès du fédéral. De la même manière, «les premiers interlocuteurs des ministres provinciaux et territoriaux sont les associations francophones de leur juridiction. Si le QCGN a des demandes à partager, il doit d’abord les faire auprès du gouvernement du Québec.»