Au début du mois, des plaintes ont fait surface à Hearst sur les réseaux sociaux : des motoneigistes font intrusion sur des propriétés privées.

Une publication Facebook a attiré l’attention de plusieurs. Le 6 janvier dernier, Derek Girard, un habitant de la municipalité, a publié un « rappel aux motoneigistes ».

« Si vous ne possédez pas la terre, ne vous y aventurez PAS ! », écrit-il. « Pour les personnes qui ne savent pas lire, il y a des panneaux indiquant “pas d’intrusion” ou “propriété privée.” Je sais que ce sont de grands mots, mais cela signifie : Pas d’entrée ! »

Dans sa publication, M. Girard indique aussi qu’il y a une raison de sécurité qui entre en jeu. « Il y a un vieux puits et des barrières qui ne sont pas trop visibles la nuit. »

À savoir s’il voulait parler de la situation, M. Girard a refusé une demande d’entrevue.

Une multitude de commentaires de plusieurs sont venus s’ajouter à la publication dans le but de partager leurs préoccupations. Une dizaine d’autres citoyens de la région ont aussi dévoilé être aux prises avec ce fléau.

En réponse, le Club Voyageur a partagé, le 7 janvier, une vidéo intitulée « Riding the trails? Be respectful of property owners » qui agit comme un rappel adressé aux motoneigistes de demeurer sur les sentiers destinés à l’activité et d’éviter de se promener sur les propriétés privées.

Questionnée au sujet des actions qui pouvaient être entre- prises par un citoyen, la responsable des communications de la Police provinciale de l’Ontario pour le détachement de baie James, constable Stéphanie Bélec, rappelle qu’il est important d’avoir des affiches qui indiquent que c’est une propriété privée.

Pourtant ce ne sont pas quelques maigres affiches qui découragent les malfaiteurs. « Nous avons des enseignes, mais elles sont ignorées », écrit Louisette Elvrum, résidente de Hearst. Constable Bélec indique qu’il est très difficile de faire un suivi sur ce type d’infraction.

Pour que cela arrive, il faut une très bonne description de l’individu ou avoir pris en note la plaque d’immatriculation, ce qu’elle reconnait ne pas être évident.

Elle ajoute cependant que si le nombre de plaintes augmente à un endroit, la PPO peut patrouiller dans les environs. En ce qui concerne l’infraction, un individu chargé pour intrusion peut recevoir une amende de 65 $.