Gaëtan Baillargeon, élu le 22 octobre, a refusé de prêter serment à la reine lors de cérémonie d’inauguration du nouveau conseil municipal de Hearst qui a eu lieu le lundi 3 décembre, renonçant alors à son siège de conseiller.

M. Baillargeon, membre de la Première Nation de Constance Lake, a demandé au greffier de pouvoir changer le paragraphe quatre de la déclaration, disant que celui-ci allait à l’encontre de ses valeurs et celles des Peuples autochtones du Canada. Le paragraphe se lit comme suit : « Je jure fidélité et sincère allégeance à Sa Majesté la Reine Élizabeth II ».

Le greffier, Janine Lecours, a cependant refusé, disant qu’il n’y existe aucune loi permettant de faire exception à la déclaration d’un membre élu.

« Pour moi c’était un choix personnel », affirme M. Baillargeon. « Honnêtement, je croyais vraiment que je n’étais pas obligé. »

Il dit avoir parlé à plusieurs personnes au cours de la dernière semaine, concluant que ce serait un oubli au niveau municipal, puisque les fonctionnaires ainsi que les politiciens provinciaux et fédéraux ne seraient pas obligés de prêter serment à la reine s’ils sont autochtones.

« C’est décevant parce que c’est un élu de la population et c’est un jeune et il est intelligent », souligne Roger Sigouin, maire de Hearst.

M. Sigouin dit avoir été pris de cours par la décision de M. Baillargeon, mais vérifie de son côté afin de savoir s’il pourrait y avoir des exceptions.

Pour ce qui est du siège, le conseil municipal devra le déclarer vacant lors de la prochaine rencontre, qui est prévue pour le mardi 18 décembre. Le conseil aura alors 60 jours pour déclencher une élection ou appointer un membre.

« Si on a quelqu’un à aller chercher, on va essayer de ramener Gaëtan à la table », dit M. Sigouin. « Gaëtan, c’est l’avenir aussi. C’est les jeunes et c’est eux autres qui prennent la relève. »

M. Baillargeon aurait été président du groupe de travail de développement économique. Il aurait aussi été membre du groupe de travail de travaux publics.

Sur Facebook, les commentaires concernant la renonciation de M. Baillargeon ont été positifs.

« Je crois que la Municipalité de Hearst à une parfaite occasion pour être différente ici », écrit André Constantineau sur Facebook. « J’espère que cette décision sera revisitée et débattue. »

« Je pourrais voir le dossier finir devant les tribunaux », écrit Joël Dubé sur Facebook.
« Je ne crois pas que les élus municipaux sont tenus (par la loi), de prêter serment à la reine… Je crois que la loi spécifie que pour les municipalités, seulement les policiers sont obligés… De toute façon, bravo Gaëtan… Tu as agi selon tes principes et convictions. »

M. Baillargeon s’était aussi présenté sous la bannière libérale à l’élection provinciale du 7 juin dernier, ayant terminé au troisième rang, après le candidat néodémocrate Guy Bourgouin et le candidat conservateur André Robichaud.

« Non, je ne renie pas mon poste », dit M. Baillargeon. « Le peuple, c’est eux autres qui ont voté pour moi (…). Je me suis dit, si j’y tiens vraiment à cœur, si j’y crois vraiment, je peux pas juste avaler ma pilule puis le dire. C’est un monarque qui a été la cause des écoles résidentielles où ma mère a été obligée d’aller, puis par respect à elle, je ne peux pas prêter allégeance à la reine. »