Les Franco-Ontariens se souviendront longtemps du 15 novembre 2018. Le jour où le Commissariat aux services en français et le rêve d’une université de langue française autonome se sont éteints.

Un jour bien sombre pour les francophones de l’Ontario. Le ministre des Finances, Vic Fedeli a décidé de se débarrasser du commissariat aux services en français. Le commissaire François Boileau se voit donc mettre à la rue.

La Loi sur les services en français a aussi été modifiée pour transférer les pouvoirs du commissaire aux services en français et les employés du commissariat au bureau de l’Ombudsman.

Si ce n’était que cette seule déclaration. Pour remuer le couteau dans la plaie, au cours de l’énoncé économique du gouvernement Ford, prononcer par le ministre des Finances, Vic Fedeli, une phrase a surpris la communauté franco-ontarienne.

« De plus, un examen plus détaillé de la situation financière de la province a amené le gouvernement à annuler les plans de création d’une nouvelle université de langue française. »

Le projet de l’Université française de l’Ontario est donc abandonné par le gouvernement Ford.