Marc Dupuis n’a pas de projet personnel en tête s’il est élu maire de Mattice-Val Côté. « Je crois que si tu entres en politique pour des raisons personnelles, t’es pas entré pour les bonnes raisons », dit-il. « Je crois qu’il est important de regarder ce qui est en marche présentement dans la communauté puis regarder à apporter de nouvelles idées, regarder s’il y a d’autres changements que tu peux faire ou si on peut aller cogner aux portes politiques un peu plus fort. »

M. Dupuis est l’un de deux candidats qui se présentent à la mairie de Mattice-Val Côté dans le cadre des élections municipales qui auront lieu le 22 octobre prochain. Le deuxième est le maire sortant, Michel Brière.

Originaire de Mattice-Val Côté, M. Dupuis conduit maintenant des autobus pour Voyages Lacroix Tours. Il a aussi des années d’expérience au sein de divers comités et organisations : vice-président régional d’un parti politique, président de la Fondation du Collège Boréal, directeur au Conseil d’administration des services sociaux du district de Cochrane et directeur au conseil de Nord-Aski, pour en nommer quelques-uns.

L’un des projets actuellement en cours sur lequel il travaille est d’apporter un service Internet plus rapide et efficace dans la communauté, y compris la région du lac Shallow.

« Je trouve que la communication est très importante et puis que présentement, en 2018, notre communication devrait être bien meilleure que ce qu’on a maintenant. » En fait, il croit que la vitesse et la fiabilité de l’Internet est en partie l’une des raisons pour lesquelles les jeunes ne sont pas intéressés à revenir dans la région.

« C’est constamment une bataille avec les produits pour essayer d’avoir un Internet qui est quand même assez fiable et plus rapide. On l’a pas », dit-il. « On a tout le restant. Les jeunes aiment la chasse, aiment la pêche et aiment la nature, puis nos écoles, elles sont numéro un en province. On a des services de santé que, oui, ont besoin d’être aidés un peu, mais qui sont quand même en avant de plusieurs. »

Quant à ce qu’il pourrait apporter à la communauté, il dit n’avoir rien contre le présent conseil, mais pense pouvoir cogner un peu plus fort aux portes de la province.

« Avec les changements qu’on a eus dernièrement, on a un avenir qui s’en vient qui va être très difficile politiquement parce que je crois que le premier ministre en place a ses idées à lui et puis pas nécessairement ce que les autres pensent », dit-il. « Donc, ça va être un enjeu très important pour toutes les municipalités et je crois que je peux amener une voix pour Mattice-Val Côté au niveau politique, soit provincial ou même fédéral. J’aimerais qu’on entende un peu plus parler de Mattice-Val Côté. »