La mission parait impossible pour les négociateurs de l’ALÉNA de conclure avant l’échéance du 1er octobre. Comment plaire au président qui négocie via Twitter et livrer une entente que pourraient entériner le Congrès américain, le Mexique et le Canada ?

Certains indicateurs donneraient raison au président Trump en matière d’échanges. Le département du Commerce américain a dévoilé début septembre que le déficit commercial du pays a grimpé de 9,5 % en juillet, surtout au profit de la Chine, se soldant à 50,1 milliards $ US.

Pour sa part, le Canada a enregistré pour la même période un surplus commercial de 5,3 milliards $ face au voisin américain, selon Statistique Canada, un record depuis 2008.

Tensions Trudeau-Trump

Pour l’instant, le président Donald Trump et le premier ministre Justin Trudeau ont pris leurs distances par rapport à l’issue des négociations. Pas d’urgence pour conclure, a déclaré le Canadien : il vaut mieux se passer d’accord que d’en avoir un mauvais. Mais l’urgence appartient à l’Américain qui cherche une victoire commerciale avant les élections de mi-mandat du 6 novembre au Sénat et à la Chambre des représentants.

Le voisin du Sud voudrait que le Canada ouvre son marché de produits laitiers de manière conforme aux deux accords récemment signés avec l’Union européenne et le Partenariat transpacifique. Les États-Unis souhaitent obtenir l’accès à 3,25 % du marché laitier canadien, tel que concédé aux pays du littoral du Pacifique.

Mais selon les observateurs, la plus grande menace à la sécurité commerciale du Canada reste l’imposition arbitraire de tarifs par le président américain. Ils sont déjà en place pour l’acier et l’aluminium pour des raisons de « sécurité nationale » et Donald Trump serait disposé à pousser l’économie canadienne vers le chaos en ajoutant des tarifs sur les voitures.

Dans le climat actuel des relations fédérales-provinciales La récente exclusion du Canada d’une entente de principe entre les États-Unis et le Mexique, annoncée par la Maison-Blanche en août, n’a pas discrédité Justin Trudeau au plan domestique, du moins pour le moment, selon la chroniqueuse Chantal Hébert, du Toronto Star.

« C’est le président et non le premier ministre qui a encaissé de la résistance publique. Une partie de cette opposition est venue d’intervenants influents des secteurs syndicaux et corporatifs. En comparaison, le front commun fédéral-provincial au Canada tient bon. »

Elle souligne que Justin Trudeau a réussi à tenir ses homologues des provinces au courant des négociations et que les détails partagés auraient été disséminés à grandeur du pays et à l’extérieur des cercles libéraux. Chantal Hébert souligne que la récente mise à jour aux premiers ministres a été suivie d’un « silence radio » de leur part qui est « autant exemplaire qu’extraordinaire dans le climat actuel des relations fédérales-provinciales ».

Un régime qui a besoin d’une réforme ?

Parmi les irritants des négociations, relevons le mécanisme de règlement des différends et la gestion de l’offre.

Fin août, Justin Trudeau semblait prêt à jeter le lait, les œufs et la volaille sous l’autobus républicain afin de maintenir le tribunal d’arbitrage des différends. Donald Trump, lui, voudrait se débarrasser de ce mécanisme qu’il considère comme une violation de la souveraineté américaine. Pour ce qui est de la gestion de l’offre, l’opinion de Sylvain Charlebois rappelle la plateforme de Maxime Bernier, un candidat à la chefferie nationale du Parti conservateur en 2017. Le député fédéral de Beauce, au Québec, a récemment quitté la formation avec fracas en vue de fonder un parti qui abolirait ce système.

Le professeur de l’Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, s’étonne que le Canada défende autant la gestion de l’offre, qui régit le lait, les œufs et la volaille, qui représentent 2 % du produit intérieur brut. C’est trois fois moins que les secteurs bovins, porcins et céréaliers, qui voudraient faire partie des enjeux. Sylvain Charlebois note que les citoyens comprennent mal le fond de la question.

« Ce système repose sur un principe facile à expliquer : il nous permet de produire ce dont nous avons besoin, ni plus ni moins. Plusieurs croient que la gestion de l’offre joue un rôle essentiel pour notre économie, sans savoir pourquoi. Mais son côté sombre n’obtient pas l’attention qu’il devrait. »

Le chercheur en distribution et politiques alimentaires affirme que le Canada a perdu 32 000 fermes laitières depuis 40 ans. La gestion de l’offre protègerait une élite agricole et des milliards en quotas détenus par « un cercle fermé » de producteurs. Selon lui, le régime a besoin d’une réforme, d’abord pour mieux répondre aux besoins domestiques.

PHOTO Comme le proverbial éléphant affolé dans la bijouterie, le président Trump mène depuis une semaine une chasse au traitre qui a décrit dans le New York Times l’administration parallèle à la Maison-Blanche qui l’encadre à son insu. Photo : page Facebook de Donald Trump