Pour Claude Brochu, la décision de se présenter à l’élection était l’une de dernière minute.

« C’est difficile rester à rien faire lorsque tu vois ta municipalité gaspiller de fortes sommes d’argent et ensuite augmenter les taxes », dit-il dans un communiqué.

M. Brochu est l’un de neuf candidats pour les six sièges de conseiller à l’élection municipale qui aura lieu le 22 octobre prochain. Les huit autres sont les conseillers sortants Conrad Morin, Daniel Lemaire et Raymond Vermette, ainsi que Marc Ringuette, Gaëtan Baillargeon, Robert Proulx, Josée Vachon et Joël Lauzon.

« Je vois ce qui se passe avec la Municipalité, l’Hôtel de Ville, puis ça va au détriment de bien du monde », dit-il en entrevue. « Je pense qu’ils ont besoin du renouvèlement. »

M. Brochu, qui a été conseiller lors de deux termes, de 2000 à 2006, donne comme exemples le programme de cueillette de matières recyclables et le pavillon Espace Hearst.

« Espace Hearst, c’est le nouveau conseil qui va être pris avec ça », dit-il. « Comme c’est là, il n’y a pas grand-chose à faire, mais le prochain conseil va falloir qu’il s’en occupe. »

Le conseil a adopté lors d’une rencontre spéciale tenue le 7 aout dernier une résolution donnant le contrat de construction à la firme Bâtisseurs Stratégik. Selon le maire de Hearst, Roger Sigouin, le pavillon entrainera une perte de 1 000 $ par année pendant les 40 prochaines années.

M. Brochu dit aussi vouloir apporter plus de transparence à la Ville. « À la Municipalité, ça fait longtemps que la transparence n’existe pas vraiment », dit-il. « Ça, c’est un gros point que je veux amener, que le monde sache ce qui se passe. »

Il dit qu’il utiliserait les médias, ferait des forums et inviterait le monde à venir discuter et donner leurs opinions.

« C’est au détriment de la Municipalité qu’il n’y a pas plus de femmes intéressées à déposer leur candidature. Je comprends leur crainte.

La réputation du présent conseil laisse plusieurs contribuables au désespoir et c’est cette atmosphère qui en éloigne plusieurs. »