Dix ans après s’être présenté en délégation au conseil municipal de Hearst demandant que la Municipalité offre un service de recyclage à domicile, Marc Ringuette a eu la chance de travailler sur le projet.

« Je pense à ce qui s’est passé avec le dossier du recyclage et des poubelles; je trouve que ça été très mal géré », dit-il. « J’ai trouvé ça vraiment déplaisant comme employé puis comme citoyen. »

Espérant avoir un conseil prenant des décisions « un peu plus réfléchies », M. Ringuette a déposé sa candidature comme conseiller.

« Je pense qu’on a besoin d’un peu de changement, un peu de nouveau, des nouvelles faces, de nouvelles voix au sein du conseil. »

M. Ringuette est l’un de sept candidats, en date du 19 juillet, qui se présente pour les six sièges de conseillers à l’élection municipale qui aura lieu le 22 octobre prochain. Les six autres sont Josée Vachon, Joël Lauzon et Gaëtan Baillargeon, ainsi que les conseillers sortants Daniel Lemaire, Conrad Morin et Raymond Vermette.

Originaire de Hearst, M. Ringuette a fait ses études à Sudbury en commerce et ressources humaines. Il travaille à la Ville depuis plus de trois ans, mais a dû prendre congé sans solde puisqu’il se présente à l’élection.

Ce qui l’a le plus fâché à propos de cette histoire, mentionne-t-il, ce n’est pas que les gens devaient payer pour les conteneurs, mais qu’ils devaient aller les chercher.

« Il y avait beaucoup de gens qui avaient de la misère à trouver une ride », dit-il.

Un autre dossier qu’il aimerait faire avancer, c’est celui du manque de lits au Foyer des Pionniers.

« Il manque de lits. Ça veut dire qu’il y a plein de patients qui restent à l’hôpital des années de temps sans avoir de lit, donc c’est peut-être un dossier j’aimerais affronter : voir si on peut avoir plus de lits. Je sais que c’est gérer par la province, mais faut essayer de pousser pour avoir plus de lits ici parce que la population vieillit et on manque de place. »

Pour attirer les jeunes à revenir, M. Ringuette dit qu’il faut penser à long terme. « Je suis revenu et j’aimerais me retirer ici puis vieillir ici. C’est de faire certain qu’il y a des services ici pour tous les groupes d’âge, pour les enfants que tu vas avoir où lorsque tu vas être plus vieux, s’assurer qu’il y ait des activités et des services pour tout le monde, que tu sois francophone, anglophone, autochtone – c’est important d’inclure tout le monde. »